RMC Sport

Federer : « Ça aurait pu arriver au premier tour »

Roger Federer

Roger Federer - -

Le tenant du titre et sextuple vainqueur de Wimbledon a été sorti dès les quarts de finale par Tomas Berdych (4-6, 6-3, 1-6, 4-6). Amoindri par des pépins physiques, le Suisse n’a pu défendre toutes ses chances. Mais son fatalisme surprend…

Roger Federer, que s’est-il passé dans ce match ?
Ce n’est pas une vraie blessure, mais j’avais des douleurs. C’était désagréable. C’est clair qu’en défense je le ressentais, car mes jambes n’étaient pas assez fortes. J’étais obligé de débuter différemment mes échanges. J’ai dû jouer un autre tennis. Physiquement, j’aurais peut-être pu mais je n’ai pas assez cru en mon corps. J’ai tout de même pu jouer un match correct. J’ai eu des statistiques pas trop mauvaises. C’est sur les points importants que tout s’est joué, Berdych a quasiment tout réussi, au contraire de moi. Au final, le match se joue à peu de choses.

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ?
Une partie de mes problèmes sont dus à ma jambe et à mon dos qui me font souffrir depuis Halle (il y a été battu en finale par Hewitt, le 13 juin dernier, ndlr). C’est dommage car j’avais mis en place le plan parfait pour que cela fonctionne jusqu’à la fin de ce tournoi. Les gens me critiquaient un peu de ne pas avoir assez joué avant, mais j’ai fait ça pour être en forme ici. Je ne pense pas que j’ai fait une erreur. Je n’ai pas eu de chance de me faire avoir comme ça, mais ça arrive. Il faut que je pense à la suite. Je vais prendre une pause et reprendre l’entraînement.

Après votre défaite à Roland Garros vous aviez dit que vous oublieriez rapidement, cela va-t-il être plus dur de passer outre cet échec à Wimbledon, votre tournoi favori?
Je n’ai pas d’autre choix. Et puis ce n’est pas mauvais d’être en vacances. Mais pour être honnête, pendant plusieurs semaines, si je pense à mon dernier match, je réfléchirai à ma rencontre face à Berdych. Cela peut être négatif ou positif, mais je m’en fous un peu. A Roland-Garros, j’ai vite changé de surface donc c’était assez simple d’oublier. Wimbledon va me faire plus mal. Je suis frustré d’avoir joué mes derniers matches en étant diminué. Mais j’essaie de voir les choses positivement. C’est dommage de perdre en quart de finale mais ça aurait pu arriver au premier tour (où il avait battu le Colombien Falla en cinq sets, ndlr).

Propos recueillis par Eric Salliot à Londres