RMC Sport

Razzano : « Je reprends goût au tennis »

Virginie Razzano a dédié cette victoire à son compagnon défunt

Virginie Razzano a dédié cette victoire à son compagnon défunt - -

Toujours marquée par la disparition de son compagnon et ancien coach Stéphane Vidal peu avant Roland-Garros, la joueuse française a passé le premier tour mardi à Londres, contre l’Indienne Sania Mirza (7-6, 2-6, 6-3). Un succès qui arrive comme un rayon de soleil.

Virginie Razzano, on imagine que cette victoire à un sens très spécial…
C’est un soulagement, parce que c’est dur en ce moment de rentrer sur un terrain. J’ai du mal à entrer dans mes matches. Depuis Birmingham, je suis souvent mené 3-0, 4-0. J’ai du mal à transformer mon émotion en agressivité, pour faire mal à mon adversaire. C’est une belle victoire, cette fois-ci, je rends vraiment hommage à Stéphane. C’est une des plus belles victoires, peut-être...

Vous avez pensé à Stéphane sur la balle de match ?
J’y pense souvent, vous savez, pas que sur le terrain. Dans ma vie, il y a des hauts et des bas. Le tennis me permet de m’évader, quand je joue je me rappelle que c’est ce que j’aime faire. Les deux derniers points étaient très difficile parce que j’avais tellement envie de gagner pour lui, pour moi. Je me suis un peu crispée. Je suis obligée de me coacher à chaque instant.

C’est dur le matin d’aller au « boulot » ?
J’ai hâte de prendre des vacances pour souffler un peu, j’ai besoin de vider ma tête qui est très prise. Je ne suis pas très fraiche, je vis des moments durs, je vis mon deuil du mieux que je peux. J’ai besoin d’avoir une semaine pour moi, d’être un peu égoïste. Je vais surement partir seule. Je repartirai bien pour les Etats-Unis. Aujourd’hui, j’ai quand même envie de jouer, ce qui n’était pas le cas à « Roland ». J’ai joué pour ne pas tomber peut-être en dépression. Je reviens à mon rythme.

Propos recueillis par Eric Salliot à Londres