RMC Sport

Simon bouté hors du royaume

-

- - -

Wimbledon peut respirer, l’homme de la polémique sur la rémunération du tennis féminin a quitté le tournoi dès le 2e tour. Outre Simon, le camp tricolore a vécu une journée noire avec six éliminations dont celle de Marion Bartoli.

L’homme par qui le scandale est arrivé a quitté le gazon, tête basse. Rossé en trois sets par le Belge Xavier Malisse (6-4, 6-4, 7-6) dans l’intimité d’un court numéro 3 à la mesure toute britannique. Eliminé au 2e tour à Melbourne, puis au 3e à Roland-Garros, Gilles Simon, numéro 13 mondial, reste l’exclu des convocations en 2e semaine d’un Grand Chelem cette saison. Un maigre bilan dans les grands rendez-vous, bien loin des ambitions affichées en début d’année.

Déçu, le Niçois plaide le blocage psychologique : « J’ai du mal à complètement m’exprimer sur le terrain, à me lâcher, à me libérer, à frapper comme je voudrais. Il faudrait que j’arrive à bloquer un peu plus mon cerveau quand je suis sur le terrain pour juste penser à la balle. » La polémique née de sa fracassante déclaration la veille : « L’égalité des salaires hommes-femmes ne marche pas dans le sports », aurait-elle pesé sur les épaules de Simon ? Même pas. « J’ai exprimé mon avis, qui est aussi l’avis général, du vestiaire, des medias, des directeurs de tournoi. Il n’y avait pas de méchanceté derrière, juste une réalité. Ça ne m’a pas perturbé », assurait le Français après le match.

Bye bye Bartoli

La déception de l’élimination, Simon pourra la partager avec une large communauté tricolore. Car ce n’est seulement en fin de journée que Benoit Paire, vainqueur de Dolgopolov en trois sets (7-6, 6-4, 6-4), est venu enrayer une série de sept défaites françaises consécutives sur le gazon londonien. Johansson, Serra, Mahut, De Shepper, Cornet et Bartoli ont ainsi quitté la scène ce jeudi.

Pour la numéro 1 française, quart de finaliste l’année dernière et finaliste en 2007, la chute est terrible. Battue (6-4, 6-3) par la Croate Mirjana Lucic, sortie des qualifications, mais demi-finaliste ici même en 1999, Bartoli a totalement craqué, en témoignent ses 10 double-fautes au service. Privée de JO en raison de ses différends avec la FFT, la 9e joueuse devra patienter un an pour fouler à nouveau l’herbe du All England Club.