RMC Sport

Wimbledon : Bartoli, la chance d’une vie

Marion Bartoli

Marion Bartoli - -

Six ans après sa finale perdue face à Venus Williams, Marion Bartoli se retrouve de nouveau à une marche du sacre à Wimbledon (15h). La Française devra pour cela écarter l’Allemande Sabine Lisicki… et surmonter une pression qu’elle tente de repousser en ne changeant rien à ses habitudes.

Ce samedi, Marion Bartoli a rendez-vous avec l’histoire. Son histoire. « Je suis super fière d’être en finale à nouveau », clame l’Auvergnate. Six ans après avoir loupé le coche, la voilà de nouveau au pied de l’Everest. Même jour, même heure (15 h), mais pas la même adversaire. En 2007, c’était l’Américaine Venus Williams qui lui faisait barrage. Cette fois, c’est l’Allemande Sabine Lisicki, qui mène aux points pour le moment (trois succès contre une défaite lors de leurs quatre confrontations). Mais question expérience d’une finale du Grand Chelem en revanche…

« Elle sera opposée à une joueuse qui n’a pas remportée de titre du Grand Chelem comme elle, rappelle Sarah Pitkowski, consultante tennis pour RMC Sport. Elles seront quasiment à égalité. Là, ce sera à Marion de montrer qu’elle a quelque chose en plus dans le ventre. » Ce quelque chose en plus pourrait être la fraîcheur dont dispose la Française et que n’aura pas forcément son adversaire, poussée dans ses derniers retranchements au 3e set par la Polonaise Agnieszka Radwanska (6-4, 2-6, 9-7). « Se qualifier pour la finale de Wimbledon sans perdre un set tout au long du tournoi, c'est l'idéal » note l’ancien DTN Patrice Dominguez. Mais la qualité du jeu en très forte hausse de Bartoli pourrait également arbitrer la finale.

Une idée derrière la tête

Déterminée, décontractée au point de s’essayer au rugby hier midi, la native du Puy-en-Velay n’en démord pas : « J’ai envie de gagner cette finale, je n’ai pas envie de m’arrêter là. J’ai une équipe autour de moi qui m’aide à rester dans la même routine. C’est important de ne pas se mettre de pression supplémentaire. C’est juste un autre match à jouer. » LE match de sa carrière. Mieux, « la meilleure chance de toute sa vie », comme le souligne Sarah Pitkowski. Pour y parvenir, Bartoli a sa petite idée. « Il faudra que je sois à mon meilleur niveau, sur le jeu de jambes, la vitesse de réaction et le coup d’œil. Je vais essayer de contrer sa vitesse et lui donner des balles les plus longues possible pour essayer de l’empêcher d’entrer à l’intérieur du terrain. »

En cas de coup dur, un petit coup d’œil à son box pourra toujours la remettre d’aplomb. « Je vais essayer de mettre les gens qui me tiennent le plus à cœur dans le box, poursuit Bartoli. Mais comme ce n’est pas moi qui gère tous les tickets, il y aura peut-être des surprises. On verra. Je sais que j’aurai du soutien et c’est l’essentiel. » Amélie Mauresmo, à qui elle a offert un cadeau pour ses 34 ans, son entraîneur Thomas Drouet ainsi que son père, Walter, seront là. Valérie Fourneyron a prévu de venir, elle aussi. « J’y crois très fort, je vais même essayer de m’organiser pour aller la soutenir », a indiqué la Ministre des Sports. Dans le box ? Peu importe. Tout le monde a bien rendez-vous avec Marion Bartoli ce samedi.

A lire aussi

Bartoli : « Ne pas passer à côté »

Wimbledon, c'était Super Marion

Dix choses à savoir sur Bartoli

A.D avec E.S à Wimbledon