RMC Sport

Bartoli, un staff à deux têtes

Marion Bartoli

Marion Bartoli - -

En marge du tournoi d’Indian Wells, où elle est qualifiée pour le troisième tour, Marion Bartoli a annoncé qu’elle était désormais entraînée par Jana Novotna. La Polonaisie Iwona Kuczynska intègre également son staff, pour la partie technique.

Marion Bartoli a donc tranché. Sans entraîneur attitré depuis l’Open d’Australie, où elle avait pris la décision de mettre un terme à sa collaboration avec son père, la numéro 1 française a remis sa carrière entre les mains de Jana Novotna. Elle compte notamment sur la Tchèque pour l’aider à atteindre son objectif ultime : remporter un Grand Chelem. « Je connais Jana depuis très longtemps, explique-t-elle. Ça fait plus de six ans. On s’est toujours très bien entendues. La décision de commencer une relation avec elle s’est faite après Dubaï (fin février, ndlr), je ne pouvais pas me contenter de rester seule avec les objectifs que j’ai. Ça ne fait que quatre jours qu’on a commencé, mais pour l’instant tout se passe très, très bien. »

L’ex-numéro 2 mondiale sera épaulée dans sa tâche par Iwona Kuczynska, elle aussi ancienne joueuse. « Jana connaît très bien le tennis, elle sait ce que c’est mentalement d’être sur le court, de sentir la pression, de jouer des matches difficiles, poursuit Bartoli. Iwona insistera plus sur la technique, le déplacement. C’est très important pour moi d’avoir à présent une présence féminine à mes côtés. Toutes les deux pensent que j’ai le potentiel pour gagner un jour en Grand Chelem, et j’espère y arriver avant la fin de ma carrière. »

Bartoli : « Je suis très heureuse »

Couvée par son entraîneur de père depuis toujours, la 11e joueuse au classement WTA estime que quitter le giron familial devrait lui permettre de franchir un cap et se félicite de son nouvel équilibre.« Ma mère est contente d’avoir retrouvé son mari, et moi je suis très heureuse de ce que je vis. Il y a des moments où c’est un peu dur parce que je suis toute seule dans ma chambre d’hôtel quand je rentre le soir, et que quand j’ai commencé la journée à 6h30 et que je la finis à 21h, je suis épuisée et j’aurais peut-être envie d’avoir mon père ou un membre de ma famille à mes côtés et qui m’aide. Mais ça me responsabilise plus, et ça me permettra peut-être à un moment donné d’aller chercher des ressources que je n’aurais peut-être pas exprimées si j’avais été plus coucounée. » A confirmer dès dimanche, face à Svetlana Kuznetsova, pour une place en 8e de finale.

Le classement WTA

Alexis Toledano avec JBB