RMC Sport

Volley: Cannes se donne le droit de rêver d'un 10e titre de champion de France

Cannes célèbre sa victoire

Cannes célèbre sa victoire - ICON Sport

Battu lors du match 1 mercredi dernier à Chaumont (3-1), Cannes a su renverser la situation en s’imposant au tie-break (3-2) au Palais des Victoires, s’offrant le droit de rêver à un dixième titre de champion de France, 16 ans après le dernier. Rendez-vous dimanche.  

L’ambiance aurait certainement gagné quelques degrés si le projet monté par l’AS Cannes pour accueillir du public dans son Palais des Victoires avait été accepté par le gouvernement. Sur les 4.000 places disponibles, les trois quarts étaient prises par des supporters fictifs (personnages en carton) et un peu plus de cinquante sièges étaient réellement occupés (journalistes, dirigeants et quelques bénévoles), assez toutefois pour que le public se fasse entendre et pousse des Dragons handicapés par leur défaite au match 1 à Chaumont (3-1).

Un air de déjà vu…

Comme mercredi, le premier set a vu Chaumont prendre l’avantage d’une courte tête (23-25), bien lancé par ses Cubains Osniel Melgarejo et Jesus Herrera (16 points à eux deux dans le premier acte). Comme mercredi, les hommes de Luc Marquet ont poussé pour égaliser à un set partout (25-23), conclu par un point à l’attaque du Roumain Robert-Alain Aciobanitei. La comparaison s’arrête ici car si, lors du match 1, Chaumont avait remporté la troisième manche, l’AS Cannes a cette fois pris l’ascendant, porté par un public chauffé à blanc (25-22). Les Cannois commençaient à croire en leur chance et le doute s’installait au CBV, présent en finale de Ligue A pour la quatrième fois de suite (battu par Toulouse en 2018 et 2019 et vainqueur en 2017).

Une décision au tie-break

Au pied du mur azuréen, les Chaumontais se reposaient à nouveau sur leur duo d’internationaux cubains pour recoller au score en dominant outrageusement des locaux totalement dépassés et un brin résignés (14-25). Pour sa dernière à la tête des Dragons depuis 2017, Luc Marquet ne pouvait que déplorer les dégâts, tentant de remobiliser les siens à l’approche du set décisif.

Devant à l’entame du tie-break (4-1), l’AS Cannes reprenait confiance et sentait alors qu’emmener Chaumont au match d’appui quelques heures plus tard, pour continuer de rêver d’un 10e titre attendu depuis 16 ans, était réalisable. Le Palais des Victoires y croyait aussi, redoublant d’efforts vocaux. Les Cannois poursuivaient la course en tête, portés par un Lincoln Williams toujours présent dans les bons coups (11-7). Un service de Martin Repak dans le filet rapprochait ensuite Cannes du match d’appui, une nouvelle faute sur service, de Melgarejo, donnait la victoire à l’AS Cannes (15-12).

"La balle est au centre, résume Luc Marquet. Chaumont se déclarait plus fort que nous mais nous, humblement avec notre petit volley, on s'est bien bagarré. Demain sera le même genre de match. Avant de vouloir la gagner, on va vouloir la jouer." Le public du Palais des Victoires devra prendre sa cuillère de miel avant de dormir ce soir. Il sera attendu pour le match d’appui, à 21h.  

Clément Brossard