RMC Sport

Lemaitre en fait-il trop ?

Christophe Lemaitre

Christophe Lemaitre - -

Christophe Lemaitre est un boulimique du sprint. Alors qu’il a déjà réalisé les minima, le recordman de France va disputer cinq courses lors des championnats de France à Albi. Autant de risques de se disperser à moins d’un mois des Mondiaux de Daegu.

Cinq sprints en trois jours. Tel est le défi de Christophe Lemaitre qui va, le temps de ces championnats de France, se transformer en sprinteur herculéen. Sauf qu’avec un 4x100 m remporté ce jeudi avec son club d'Aix-les-Bains, deux 100 m ce vendredi et deux 200 m ce samedi, le menu risque d’être indigeste pour l’Aixois à un peu moins d’un mois des championnats du monde de Daegu. Ghani Yalouz ne voit pas le problème : « Christophe, on le sait, il ne chôme jamais, explique le DTN. C’est sa force. A 21 ans, il ne se pose aucune question. Puis à Barcelone lors des derniers championnats d’Europe, il a enchaîné 100 m, 200 m et relais. Et le tout avec un enthousiasme énorme. Après c’est vrai, il ne faut pas aller plus vite que la musique. »

Pas question de musique, mais plutôt de tempo pour Bernard Amsalem. A un mois des championnats du monde, il n’y a aucun risque pour le sprinteur français le plus rapide de l’histoire selon le président de la Fédération française d’athlétisme : « Il faut comprendre que c’est Christophe qui a demandé à courir le relais 4X100 m. Il veut se faire plaisir et aussi faire plaisir à son club et ses parents. Puis ça reste du sprint. Le sprint, ça se digère beaucoup plus facilement qu’un marathon ou qu’un 5000 mètres » Même son de cloche du côté de Pierre Carraz, son entraîneur. « Christophe apprend le métier. En fait, la fatigue est davantage psychique. Une grande compétition, c’est évidemment pesant car on attend beaucoup de lui. C’est le phénomène 100m, c’est une course très médiatisée. J’attends qu’il s’amuse, il n’a pas de pression. L’objectif, c’est vraiment de se faire plaisir. »

Face au tout jeune Jimmy Vicaut (19 ans), Christophe Lemaitre aura également l’occasion de s’étalonner face à un client sérieux (NDLR : record personnel à 10’’07). A moins que le sprinteur français ne poursuive sa quête herculéenne en Corée du Sud.