RMC Sport

Lemaitre, un garçon dans le vent

Christophe Lemaitre

Christophe Lemaitre - -

Le triple champion d’Europe a vu son record de France du 200m invalidé (20’’08), en raison d’un vent trop favorable ce samedi à Albi (+2,3 m/s). A un mois des championnats du monde à Daegu (Corée du Sud), le Savoyard a néanmoins confirmé sa très bonne forme après ses 9’’92 de vendredi sur 100 m.

Il s’allonge sur la piste, le dos collé au tartan. Il vient de comprendre, quelques secondes plus tôt, que ce 200m ne serait pas celui du record de France. Sur le chrono, le temps qui s’affichait était pourtant le meilleur qu’il n’avait jamais réalisé jusque-là. 20’’08, soit huit centièmes de mieux qu’à Valence, l’été dernier, et que Gilles Quenéhervé en 1987 à Rome. Mais au lendemain de son record de France du 100m (9’’92) avec un vent idéal (+2,0 m/s), Christophe Lemaitre a dû, ce samedi, repousser à plus tard la perspective de devenir le Français le plus rapide sur 200m. Cette fois, la rafale du Tarn a poussé un peu trop fort le Savoyard vers un nouvel exploit.

« Je me suis fait une raison, assure avec dépit Christophe Lemaitre. Je suis maudit sur cette distance, cette saison. Il y a toujours les conditions climatiques qu’il ne faut pas. C’est toujours rageant. On ne peut pas contrôler la météo, même si elle vient tout gâcher. » A Stockholm, aux Championnats d’Europe par équipes, il pleuvait et le vent était alors défavorable (20’’28). A Saint-Denis, aux côtés de la légende Usain Bolt, il y avait encore du vent et surtout, un starter récalcitrant qui a largement perturbé la préparation du duel (20’’21). A chaque fois, l’Aixois espérait effacer des tablettes son co-record de France du 200m (20’’16).

Comme à Albi ce week-end, après avoir déjà remporté le 4x100m et le 100m. Mais les spectateurs ont compris aussi vite que lui que son temps ne serait pas homologué. Un peu plus tôt, Myriam Soumaré avait bouclé son 200m en 22’’86 avec un vent beaucoup trop fort (+5,0 m/s). Pour la course masculine, il avait baissé. Mais le verdict d’Eole (+2,3 m/s), le Tricolore a eu du mal à l’accepter. « J’étais très bien, regrette-il. J’étais très concentré. J’ai encore eu quelques soucis dans le virage. A la sortie, j’étais déporté à l’extérieur donc j’ai perdu un peu de temps. Mais lors des derniers 100 mètres, j’étais bien lancé, j’allais très vite. Je n’avais pas de problèmes de ce côté-là. » Simplement du côté de Météo France.