RMC Sport

Bosse et Nana-Djimou impuissants

Pierre-Ambroise Bosse

Pierre-Ambroise Bosse - -

La quatrième journée des Mondiaux n’a accouché d’aucune médaille pour la France. Pierre-Ambroise Bosse a été dépassé en finale du 800m. Idem pour Antoinette Nana-Djimou, championne d’Europe en titre, qui termine loin du podium de l’heptathlon.

Les traits tirés, l’air pâle et le souffle court, il franchi la ligne à bout de force. Avant de s’écrouler sur le tartan du stade Loujniki. Pierre-Ambroise Bosse a tout donné ce mardi pour accrocher un podium aux Mondiaux de Moscou. Mais la marche était haute. Encore bien trop haute pour ses jambes de 21 ans. Au terme d’un 800m particulièrement intense, le Français n’a pu faire mieux qu’une septième place. Loin derrière l’Ethiopien Mohammed Aman, qui a profité du forfait sur blessure de David Rudisha, recordman du monde de la distance, pour s’offrir le premier sacre mondial de sa carrière.

« Ça a été très dur pour moi, a confié sur RMC le coureur de l’UA Gujan-Mestras (Gironde). Je me suis trop fié à mes sensations, à mes jambes lourdes. Tous ces mecs, Mohammed Aman ou Nick Symmonds (médaille d’argent, ndlr), qui sont dans le circuit depuis longtemps savent enchainer des tours. J’ai eu l’impression de bien faire mais je pense que je suis trop jeune pour encaisser l’enchainement des courses. Dès le premier 400m, j’ai eu mal aux cannes. Les mecs, ce sont des « boites auto » alors que moi je suis encore en manuel ! (sourire). Quand j’essaie de passer, ils passent encore plus vite après moi. C’était une loterie et malheureusement, je suis loin des trois premiers… »

Bosse : « Je ne retiens que du positif »

Une déception toute relative pour celui qui s’était présenté en tant que champion d’Europe Espoirs et cinquième meilleur performeur de la saison en Russie. « Mon objectif était d’être finaliste, glisse-t-il. Je n’avais rien à perdre et je ne retiens que du positif. C’est encore une marche franchie et je vais repartir avec un bagage en plus. » L’analyse vaut également pour Antoinette Nana-Djimou. La Française, championne d’Europe en titre, n’a pu faire mieux qu’une huitième place à l’heptathlon. La faute à un dernier 800m bouclé sur les rotules.

« Les filles étaient plus fortes que moi, il faut je l’admette, lâche l’athlète de 28 ans. Je suis quand même satisfaite parce que je me suis battue jusqu’au bout. Les filles avaient toutes un meilleur record que moi sur 800m. J’ai craqué aux 600m. Je les ai laissées partir mais je n’ai pas réagi. Rien ne s’est passé comme je voulais puisque j’ai manqué la longueur. J’ai trouvé ce concours frustrant mais je n’étais pas déçue parce que j’ai eu un double projet (elle a passé des concours pour entrer dans une école de stylisme) et je me dis que c’est de ma faute. »

A lire aussi :

>> Isinbayeva, des adieux en or

>> Revivez la quatrième journée des Mondiaux d'athlétisme

>> Toute l'actualité de l'athlétisme

Alexandre Jaquin avec François-Xavier de Châteaufort et à Moscou