RMC Sport

Inconsolable Lesueur...

-

- - -

Eloyse Lesueur a quitté les Mondiaux dès les qualifications du saut en longueur. Une énorme déception pour cette chance de médaille tricolore, argentée lors des championnats d’Europe en salle de Göteborg en mars dernier.

Quelques minutes après un troisième et dernier bond à 6,39m, synonyme d’élimination, Eloyse Lesueur ne s’est pas défilée. Son visage d’ordinaire si avenant affichait cette fois la douleur du terrible et inexplicable raté. Car elle est passée loin, Eloyse, médaillée d’argent des championnats d’Europe en salle de Göteborg en mars dernier avec un record de France à la clef (6,90m). Très loin. Ecartée des bacs après trois sauts médiocres et une 22e place au final. Bien trop peu pour espérer rejoindre la finale. Et une déception accrue par le statut de première grosse déception française de ces Mondiaux.

« Je suis déçue pour la France et pour cette médaille en moins. Je suis désolée, confie Lesueur en analysant sans complaisance ce concours. Après le premier saut (6,35), je n’étais pas inquiète, au deuxième, je mords. Pour le troisième (6,35), il fallait mettre de l’engagement sans trop en mettre. Il faut réussir à être modéré. Ce n’est pas évident. Je n’ai pas su le faire. Je ne vais pas raconter d’histoire. »

"Etre là pour les autres"

Cette contre-performance confirme l’histoire malheureuse d’Eloyse Lesueur en championnats du monde. A Berlin (2009) puis à Daegu (2011), la jeune femme (26 ans) était passée à la trappe dès les qualifications. « J’avais raté deux championnats du monde et je me disais ‘‘j’espère que les gens ne vont pas dire jamais deux sans trois’’. C’est chose faite... » Sur la lancée de ses exploits de Göteborg, elle n’avait pas caché ses rêves de médaille, estimant avoir « franchi un cap ».

Sortie de la compétition dès le premier jour, avant même la célébration de la cérémonie d’ouverture, Lesueur espère retrouver des couleurs à travers les exploits de ses partenaires de l’équipe de France. Et se projette désormais dans un rôle de supportrice de choc. « Je vais continuer à soutenir l’équipe de France. Je suis là pour les autres, même si je n’ai pas réalisé ce que je voulais. » Pour que les prochaines médailles tricolores aient un petit goût de Lesueur.

A lire aussi :

- Vicaut et Lemaitre, la tête aux demies
- Revivez la première journée des Mondiaux d’athlétisme
- Deux Lavillenie pour une finale

S.R avec Fx de Ch et JFP