RMC Sport

Isinbayeva, des adieux en or

Yelena Isinbayeva

Yelena Isinbayeva - -

La Russe Yelena Isinbayeva a été sacrée championne du monde pour la troisième fois de sa carrière, ce mardi, devant un public de Moscou en délire. Une consécration pour la meilleure perchiste de l’histoire.

Elle l’a fait ! Yelena Isinbayeva est devenue ce mardi championne du monde du saut à la perche. Un bond à 4,89m, synonyme de consécration pour la tsarine. Alors qu’elle avait annoncé avant la compétition vouloir se retirer des perchoirs, la double championne olympique (2004, 2008) s'est offert un nouveau sacre mondial. Chez elle, à Moscou, sous les yeux du roi de la discipline, Sergueï Bubka, détenteur du record du monde masculin (6,14m). Invaincue sur toutes les compétitions nationales et internationales de 2004 à 2008, la native de Volgograd retrouve les sommets. Au meilleur des moments.

Comme un symbole, c’est en Russie, que la recordwoman du saut à la perche (5,06m le 28 août 2009 à Zurich) a écrit l'un de ses derniers chapitres dorés. Une vie de gloire, entamée en 1998 lors des Jeux mondiaux de la jeunesse à… Moscou ! Et peut-être conclue quinze ans plus tard devant un stade Loujniki en délire. A 31 ans, elle remporte une médaille d’or quasiment inespérée devant une concurrence particulièrement relevée, à l’image de Jennifer Suhr (USA), championne olympique à Londres en 2012, médaille d’argent, et Yarisley Silva (Cuba), vice-championne olympique.

Ewanje-Epée : « Elle est redevenue la tsarine »

« Yelena Isinbayeva est revenue après des moments compliqués, glisse Maryse Ewanjé-Epée, membre de la Dream Team RMC Sport. Elle a arrêté sa carrière pendant 11 mois. Elle avait dit qu’elle finirait ici à Moscou. Elle a tout gagné. Elle a vingt-cinq médailles internationales, Jeux Olympiques et Mondiaux confondus. Aujourd’hui, elle a tout tenté. Elle n’était pas la meilleure mais elle a réussi à s’imposer. » Avant cet énième coup d’éclat, l’ex-gymnaste de Volgograd restait « seulement » sur un titre de championne du monde en salle à Istanbul l’année passée. Elue athlète de l’année en 2004, 2005 et 2008, Isinbayeva efface son zéro pointé aux championnats du monde de 2009. Et de quelle manière.

Présente sur le logo de « ses » championnats du monde, la star entre encore un peu plus dans l’histoire de son sport. « Elle redevient la tsarine juste avant de tirer sa révérence. Nous avons retrouvé le regard de la tueuse, remarque Ewanjé-Epée. Elle a tenté 5,07m pour son public. » Malgré trois échecs à cette hauteur, elle n’a pas résisté à l’envie d’enlacer son entraîneur, Yevgeniy Trofimov. Ivre de bonheur. « C'est incroyable. Je suis vraiment heureuse. Je remercie mon coach, mes amis, ma famille, confie Isinbayeva. J'ai réalisé mon rêve. Maintenant mon nouveau rêve est de devenir maman. J'essaierai de revenir pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016 » Une consécration célébrée par l’ensemble du peuple russe. En attendant peut-être de la revoir dans trois ans. Pour un nouveau titre olympique ?

A lire aussi :

>> Bosse « trop jeune »

>> Ewanjé-Epée : « Lavillenie, le masque d’argent »

>> Revivez la quatrième journée des Mondiaux d'athlétisme

Le titre de l'encadré ici

|||« Le peuple russe est fier d'elle »

Présente pour le sacre de Yelena Isinbayeva en finale du saut à la perche, Ekaterina Bochkova, journaliste pour la télévision russe, a pu témoigner de l'ambiance exceptionnelle qui a régné dans le stade Loujniki de Moscou. « C’est extraordinaire ce qu’elle a réalisé avec notamment deux records du monde. Le peuple russe, qu’on soit supporteur ou journaliste, on est tous fier d’elle. J’étais assis dans les tribunes et j’avais l’impression que je sautais avec elle, que j’avais les mains rouges comme elle, explique Bochkova. Personnellement je pensais qu’elle allait battre un nouveau record du monde malheureusement elle n’a pas réussi. Mais c’est une championne, une grande championne. Elle est entrée dans l’histoire. »

Xavier Martel avec Pierrick Taisne et à Moscou