RMC Sport

Contrôle antidopage manqué: Calvin sera au marathon de Paris, selon son avocat

Les déboires de Clémence Calvin, qui aurait refusé de se soumettre à un contrôle antidopage de l’AFLD la semaine passée, ne devraient pas l’empêcher de participer au marathon de Paris le 14 avril prochain. Son avocat l’a assuré à RMC Sport ce vendredi.

Les différentes révélations accablent chaque jour un peu plus Clémence Calvin. La marathonienne française, médaillée d’argent des derniers championnats d’Europe de Berlin, défraye la chronique depuis les articles du Monde sur son refus présumé de se soumettre à un contrôle inopiné de l’Agence française antidopage le 27 mars au Maroc.

Altercation entre son compagnon et un préleveur

L’athlète avait pris la fuite après sa rencontre avec les deux préleveurs et reste injoignable depuis l’épisode, alors qu’elle est maintenant exposée à un risque de suspension pour refus de contrôle. A 28 ans, elle encourt quatre ans de suspension.

Ce vendredi, Le Monde a ajouté un nouvel élément accablant au dossier. Son entraîneur et compagnon, le fondeur Samir Dahmani, aurait eu une altercation physique à Marrakech avec l’un des préleveurs, en vue de faciliter la fuite de sa compagne, déjà suivie par un rapport de no-show pour son absence à Ifrane (son lieu d’entraînement) en début de journée.

Pour se défendre, la marathonienne a fait appel aux services d’Arnaud Péricard, l’avocat, entre autres, de Tony Yoka, sanctionné d’un an de suspension pour trois no-show. Interrogé par RMC Sport, ce spécialiste du droit du sport, aussi maire de Saint-Germain-en-Laye, est monté au créneau afin de prendre la défense de sa cliente, avec laquelle il est en contact.

Le même avocat que Tony Yoka

Il déplore d'abord le traitement médiatique dont elle est l’objet. Surtout, il valide sa présence sur le marathon de Paris le 14 avril avril, l’objectif principal de l’athlète française. "A ce jour, elle se prépare pour le marathon de Paris, qu’elle courra dans une dizaine de jours. C’est ça sa priorité", certifie Arnaud Péricard.

L’Agence française de lutte contre le dopage et son directeur des contrôles Damien Ressiot, qui a ciblé Clémence Calvin de longue-date, se sont refusés à toute communication, au nom du secret professionnel. De même, aucune procédure disciplinaire n’a encore été engagée. Pour sa part, la fédération française d'athlétisme a apporté son soutien à l'AFLD mais n'a pas fourni d'éléments supplémentaires. 

Du côté du marathon de Paris, la responsable presse n’en a pas dit davantage. Mais le nom de Clémence Calvin est toujours inscrit sur la liste de départ.

PL avec Anthony Rech et Maureen Lehoux