RMC Sport

C’est déjà les « J-Eaux » de Londres !

Asafa Powel

Asafa Powel - -

La pluie qui ne cesse de tomber sur Londres depuis des semaines devrait dissuader les spectateurs de se rendre au meeting de Crystal Palace, qui débute ce vendredi. Et la météo ne devrait pas s’arranger pour le début des JO. Déprimant.

A ceux qui chercheront un avant-goût des JO, ce vendredi, lors du meeting de Crystal Palace, la déception risque d’être immense. A Londres, l’excitation est loin d’être au rendez-vous à quinze jours du début des Jeux Olympiques. Malgré la présence de stars telles que Tyson Gay et Asafa Powell sur 100 m, Liu Xiang sur 110 m haies et le Français Christophe Lemaitre sur 200 m, sa distance de prédilection qu’il pourrait privilégier aux JO, la 8e étape de la Ligue de Diamant n’enflamme pas les Britanniques.
Si la vétusté de l’enceinte de Crystal Palace n’aide pas, son isolement par rapport au centre de la capitale anglaise (elle est située dans le sud-est) explique aussi le peu d’engouement pour cette compétition. L’année prochaine, le meeting devrait d’ailleurs se dérouler dans le Stade Olympique, enceinte qui sera réduite à 30.000 places après les JO.

De la pluie pour la cérémonie d’ouverture ?

Enfin et surtout, il y a la pluie. Le pourtant légendaire crachin londonien douche l’enthousiasme des Britanniques. Depuis début juillet, il ne fait que pleuvoir dans la capitale anglaise. Certains médias ont même écrit qu’il s’agissait du pire été que Londres ait jamais connu : « C’est vrai, confirme Franck, un facteur britannique. On a eu des jours pluvieux avec un temps de tempête et aujourd’hui, cela ne s’arrange pas. Mais c’est aussi ça, l’Angleterre. Je ne pense pas que cela soit une mauvaise nouvelle pour les JO. Les gens vont venir quand même. »
Le problème, c’est que les toutes premières prévisions météorologiques pour le début des JO sont tombées. Et elles ne sont pas bonnes. La cérémonie d’ouverture du 27 juillet pourrait en effet se dérouler sous la pluie. Une spécialité made in England, finalement.

Aurélien Brossier avec FL à Londres