RMC Sport

Dix ans après, Lemaître raconte son embarras après être devenu "le premier sprinteur blanc sous les 10 secondes"

Dix après, Christophe Lemaître revient sur ce jour de juillet 2010, où il est passé sous la barre des 10 secondes sur 100 mètres. En devenant le premier sprinteur blanc à réaliser un tel chrono, l’athlète français a été pris dans un tourbillon qui l’a dépassé. Et dont on lui parle toujours beaucoup aujourd’hui.

Le 9 juillet 2010, Christophe Lemaître devient, à 20 ans, le nouveau recordman du 100 mètres. Le Haut-Savoyard remporte la course en 9’’98 secondes, et passe sous la barre symbolique des 10 secondes. Mais ce que l’histoire retiendra surtout, c’est que Christophe Lemaître est devenu ce jour-là le premier sprinteur blanc à passer sous les 10 secondes.

"Ca m’a mis mal à l’aise et frustré"

"J’étais très content du chrono, du record et du titre. C’est une performance de niveau mondial, je suis seulement le deuxième Français sous les dix (avec Ronald Pognon, ndlr)", se souvient Christophe Lemaitre. "Mais, ça passe à la trappe dans les questions qu’on me pose à cause de cette histoire de premier blanc. Je ne dirais pas que ça m’a pesé. Mais je ne savais pas quoi répondre. Ça m’a mis mal à l’aise et frustré", confie-t-il au Progrès.

Les félicitations de Marine Le Pen et un mail du Ku Klux Klan

"Je savais tout ça mais, pour moi, c’était juste une anecdote", dit Christophe Lemaitre aujourd’hui. Mais ce nouveau record prend une tournure inattendue. Des reporters du monde entier débarquent à Aix-les-Bains, où il vit, à l’approche des JO de Londres. Christophe Lemaitre reçoit aussi les félicitations de Marine Le Pen, rapporte Le Progrès. Le père de l’athlète recevra même un mail du Ku Klux Klan. "Avec toute cette histoire, on a largement dépassé le cadre du sport, alors que je défendais l’idée que c’était juste du sport", poursuit Lemaitre, toujours auprès du quotidien local.

Depuis, le sprinteur a connu bien d’autres moments forts dans sa carrière, comme sa médaille de bronze sur 200m, aux Jeux olympiques de Rio, à tel point qu'il ne sait même pas s’il mettrait ce fameux 100m de 2010 dans son "top 5". "On m’en parle très souvent, malheureusement encore plus que de ma médaille olympique à Rio ! Il y a eu un tel battage, ça a vraiment marqué les gens ce truc du premier blanc sous les dix secondes...", conclut Christophe Lemaitre.

LL