RMC Sport

Dopage: Clémence Calvin définitivement déboutée par le Conseil d'État

La marathonienne française Clémence Calvin, suspendue quatre ans pour avoir fui un contrôle antidopage en mars 2019 à Marrakech, a été déboutée vendredi par le Conseil d'État. Elle contestait sa suspension.

La plus haute juridiction administrative du pays entérine la sanction contre Clémence Calvin. Suspendue quatre ans en novembre 2019 par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour avoir échappé à un contrôle, la marathonienne française a été déboutée vendredi par le Conseil d'État de son appel.

"Les éléments qu'elle produit au soutien de ses allégations ne sont pas de nature à remettre en cause les constatations opérées par des agents assermentés qui, contrairement à ce qui est soutenu, ne sont pas entachées d'incohérences ou de contradictions", note dans sa décision le Conseil d'État, qui a suivi le rapporteur public. Sa suspension confirmée maintient un point d'interrogation sur la carrière de la vice-championne d'Europe de marathon 2018, âgée de 30 ans, qui sera ainsi bien privée des Jeux de Tokyo, reportés à l'été 2021, et des Mondiaux de Eugene (Oregon, Etats-Unis) en 2022.

"Une polémique qui n'avait pas lieu d'être"

Clémence Calvin avait été reconnue coupable d'avoir fui un contrôle antidopage à Marrakech, en mars 2019. Ce qu'elle a toujours nié, en accusant le trio de contrôleurs de n'avoir respecté aucune procédure et l'un d'eux d'avoir été violent. Son mari Samir Dahmani, lui aussi athlète international et suspendu quatre ans pour s'être opposé au contrôle antidopage de sa compagne à Marrakech, a également été débouté par le Conseil d'État de son appel.

L'AFLD s'est félicitée de la décision: "Nous étions sereins, mais nous sommes très satisfaits. Le Conseil d'État donne définitivement raison à l'AFLD et vient clore une polémique qui n'avait pas lieu d'être". "Le Conseil d'État confirme qu'il y avait des faits contre une version mensongère élaborée par des sportifs pour tenter d'échapper à leurs responsabilités", a ajouté Mathieu Teoran, le secrétaire général de l'agence.

JA avec AFP