RMC Sport

Dopage : le coup de gueule de Gebreselassie

Haile Gebreselassie, la légende du fond.

Haile Gebreselassie, la légende du fond. - AFP

Ambassadeur de la 1ère édition du marathon Eiffage de l’autoroute de Dakar dont le départ sera donné ce dimanche matin, Haile Gebreselassie a manifesté son ras le bol envers les dernières affaires de dopage qui ébranlent l’athlétisme mondial. Malgré son sourire légendaire, l’ancien recordman du monde du marathon et multi-médaillé olympique et mondial du 10.000 m frappe du poing sur la table et milite pour que les tricheurs et leurs complices soient traités comme des criminels.

Haile, que vous inspirent les affaires de corruption et de dopage qui ébranlent actuellement l’athlétisme mondial ?

Les temps sont durs pour l’athlétisme en ce moment. Lamine Diack (l’ancien président la fédération internationale poursuivi pour extorsion de fonds, ndlr) a travaillé beaucoup d’années à l’IAAF et apparemment, il s’est passé des choses à la fin de son mandat. Je n’en sais pas davantage. Mais le problème central dans cette histoire, c’est le dopage.

Cela vous surprend-il ?

Quand l’argent coule à flots, les problèmes arrivent. L’IAAF a fait des choses étranges ces dernières années mais les athlètes doivent assumer leurs responsabilités. A partir du moment où la prise de produits est interdite, les athlètes doivent être propres. Courir, ce n’est pas seulement gagner des médailles et de l’argent. On ne peut pas gagner à tout prix. Ces gens-là sont en train de tuer ce sport car la jeunesse va finir par croire que c’est impossible de gagner sans dopage. Ils tuent le rêve des autres.

Comme en Russie ou au Kenya, où la triche semble plus répandue et organisée que ce qu’on a bien voulu croire ?

Pour moi, le cas de Lance Armstrong est la meilleure illustration de la triche. Après des années à gagner au cours desquelles il a inspiré des millions de coureurs, il s’est confessé, a avoué avoir pris des produits puis a été suspendu. Et on s’arrête là, alors qu’il a détruit le rêve de millions de gamins qui voulaient devenir comme lui ? Je trouve ça triste…

Les sanctions doivent-elles plus sévères ?

Si tu es coupable, tu dois être puni sévèrement. Pas seulement 2 ans, 4 ans voire à vie, ou en remboursant les primes gagnées grâce au dopage. Non, il faut aller plus loin, enquêter en profondeur sur les réseaux et mettre les coupables en prison. Chez moi en Ethiopie, par exemple, depuis l’an passé, le gouvernement a adopté une loi qui assimile les contrôles positifs à des affaires criminelles.

Après la Russie qui, jusqu’à nouvel ordre, est interdite de JO, le Kenya doit-il également être sanctionné et ne pas avoir le droit d’envoyer de délégation à Rio ?

Je ne suis pas d’accord avec ça car ce sont les innocents qui payeront les pots cassés. Ok, il y a des tricheurs au Kenya comme en Russie, mais je serai plutôt favorable à des investigations poussées, pour savoir et découvrir qui fait quoi, où, quand et comment. Si vous bannissez une nation entière, peut-être que vous détruirez par ricochet le sport dans ce pays.

G.Mathieu à Dakar