RMC Sport

La France attendra encore pour la Flash Run

-

- - -

Venue des Etats-Unis, la Flash Run, qui propose de la musique tout au long du parcours et une soirée à l’arrivée, illustre un nouveau type de course. Que le public devra attendre avant de vivre, après son report, ce vendredi, à une date ultérieure.

Après la SoMAD, la Transbaie ou encore la Color Run, la Flash Run révolutionne encore un peu plus les courses classiques. Cette fois-ci, pas d’obstacles ni de poudre colorée, mais un parcours rythmé sur des sons endiablés mixés par les DJs. Cinq kilomètres, seul ou entres amis, avec musique, lumières et animations, et le seul but de s’amuser. Pour ce concept venu des Etats-Unis, les coureurs devaient profiter du Parc de Saint-Cloud le samedi 26 avril. Devaient oui, car ce vendredi, un communiqué des organisateurs indiquait le report de la course à une date ultérieure. « Cet aspect novateur et les problématiques en découlant, nous confrontent à des contraintes juridiques qui nous amènent à reporter la première édition de Flash Run, précise le communiqué. Cette nouvelle expérience est reportée à une date ultérieure, qui sera communiquée dans les prochaines semaines. »

La particularité de cette compétition ne se résume pas qu’à un simple parcours musical, les participants prolongent l’évènement jusqu’au bout de la nuit avec une soirée à l’arrivée. Les 5 km ne sont qu’un tour de chauffe pour la Flash Run qui compte sur l’endurance de ses coureurs pour mettre le feu sur la piste de danse. Dans une atmosphère 100% flashy avec des bracelets, colliers et autres accessoires lumineux, les runners auront droit à un concert et un dancefloor en plein air. Les participants peuvent même être créatifs en se déguisant s’ils souhaitent mettre encore un peu plus le feu.

Un univers fun, décalé et féérique

Le but de cet évènement est purement distrayant, l’objectif principal étant de s’amuser dans un univers fun, décalé et féérique. Avec la SoMAD ou encore la Color Run, la Flash Run s’inscrit dans des épreuves purement divertissantes où la course n’est qu’un prétexte pour partager un bon moment. L’esprit est bien loin des rendez-vous sur route classiques tels que le Marathon de Paris, où la performance est un objectif. Avec ces nouvelles courses, le running se diversifie et tente de séduire avec ces idées décalées. Et les gens ne marchent pas, ils courent !

A lire aussi :

>> Marathon des Sables : le désert fait toujours plus d’adeptes

>> Bartoli, un marathonien pas comme les autres

>> Les bienfaits de l’entraînement croisé

Marine Salamay