RMC Sport

Lavillenie se met à la moto !

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie - -

Invité exceptionnel de Motors dimanche sur RMC, Renaud Lavillenie a dévoilé sa passion pour la moto. Le champion olympique du saut à la perche à Londres va participer à une course au Vigeant (Vienne) le week-end prochain, sur une Suzuki.

Sa passion pour la moto
« Ça fait longtemps que j’aime ça. C’est quelque chose que je faisais de temps en temps. C’est en Auvergne que j’en faisais le plus pour découvrir la région. Je n’ai pas eu encore l’occasion de rouler sur le circuit de Charade (Puy-de-Dôme). Mais je vais bientôt y aller pour me faire plaisir. »

Son ami Stéphane Mézard
« C’est un peu grâce à lui que je suis impliqué dans les compétitions de moto. Il m’a proposé de faire partie de son team (AZ, ndlr) pour être chronométreur et vivre une course de 24h à fond il y a deux ans. Depuis, on ne se quitte plus au niveau de la moto. Maintenant, je vais participer à une course dans une semaine (au Vigeant, dans la Vienne, ndlr). Stéphane sera avec moi. Ce sera mon coach du week-end (1er et 2 septembre). J’ai réalisé des travaux vidéo avec lui puis un travail sur la position des trajectoires. J’ai hâte d’être sur la moto. Les qualifications auront lieu samedi matin (deux jours après le meeting de Zurich, le jeudi 30 août, ndlr). »

Au guidon d’une Suzuki
« C’est le directeur de Suzuki qui m’a proposé cette idée. Après les JO, il m’a proposé un guidon (Suzuki 650 Gladius en Twin Cup) pour rouler et découvrir des sensations différentes. Je n’ai pas réfléchi longtemps pour accepter l’offre. Du coup, je me suis préparé à la compétition. J’ai roulé après les Jeux Olympiques. Je vais en prendre plein les yeux. Ça va être génial. »

Un test à Magny-Cours
« J’ai roulé deux fois l’hiver dernier juste après ma saison indoor. J’ai repris la moto sur le circuit en début de semaine dernière. Je suis allé rouler à Magny-Cours pour me mettre dans le bain. Ça va être une bonne expérience car je n’ai pas beaucoup d’heures sur circuit. Mais, je ne m’en suis pas trop mal sorti lundi dernier. »

Le numéro 597
« Ce n’est pas un hasard. Le team attendait la fin des JO pour m’attribuer un numéro. Ils m’ont fait cette petite surprise de m’offrir le numéro 597. C’est un petit clin d’œil à mon saut réalisé à Londres (5m97, ndlr). »

Le parallèle moto-perche
« J’ai l’impression qu’on a des sensations si on veut en prendre. A la perche, si on ne veut pas se faire peur, on ne saute pas très haut. En moto, c’est pareil. Si on veut des sensations, on ne va pas hésiter à déhancher, à mettre le genou au sol. Plus on est technique, plus on se fait plaisir. Les sensations viennent beaucoup plus rapidement. La technique a un rôle extrêmement important. C’est assez sympathique. »