RMC Sport

Le Mud Day, un concept qui tient « de boue »

Mud Day

Mud Day - -

Pour sa première édition en France, le Mud Day a connu ce week-end un formidable succès. 13 000 participants ont transformé leur repos en un parcours du combattant gavé de boue, d’eau glacée et de barbelés.

Ce dimanche sur le camp militaire de Frileuse à Beynes (Yvelines), les 13 000 guerriers qui ont fait le pari de participer à la première du Mud Day ont pu goûter plus que de raison aux plaisirs boueux de cette épreuve déjantée. 22 obstacles les attendaient pour rendre ces 13 km de parcours le plus « casse-gueule » mais fun possible. Et tous ont dû se rouler par terre, faire trempette dans l’eau glacée et se contorsionner pour éviter les barbelés. Sans chronomètre, pour la grande majorité des participants. Pour éviter un esprit de compétition trop prédominant qui aurait pu créer des tensions entre les participants, seulement la première vague de 400 personnes était en effet chronométrée. Un choix assumé par l’organisation qui voulait que l’entraide et une saine mentalité prennent le dessus. « Chacun se crée son propre challenge physique, repousse ses propres limites sans être focalisé sur son chrono », explique Robin Cassuto, responsable du Mud Day. L’esprit de solidarité est également très présent sur certains obstacles. On a voulu vraiment fédérer les gens et les inciter à s’éclater ensemble »

4 à 5 Mud Day en 2014

Mais attention, si le chrono n’était pas en jeu, la difficulté était bien au rendez-vous ! « Je suis soulagé d’avoir terminé le parcours car c’était physiquement très éprouvant et mes entrainements n’ont pas suffi ! » raconte Simon, un des nombreux « finishers » du Mud Day. Il valait donc mieux être en équipe qu’en solo… D’ailleurs, près de 95% des participants étaient dans une équipe de 4. « L’ambiance et la solidarité entre les participants ont permis de passer tout ça dans la bonne humeur même s’il arrivait parfois de tirer un peu la langue » poursuit Simon.

Si l’on se fie aux premières réactions et autres débriefings d’après-course, le Mud Day semble avoir de beaux jours devant lui. Quatre à cinq épreuves, dans différentes villes de France, sont prévues l’an prochain, sans dates ni lieux précis pour le moment. « Toute l’équipe d’organisation est ravie de cette première édition, confie Robin Cassuto. Nous voulions organiser une épreuve différente des compétitions d’endurance traditionnelles. » Objectif rempli pour cette épreuve définitivement à part.

A lire aussi :

>>> Le Mud Day s’installe en France

>>> Zanardi toujours en pole position

>>> Mekhissi dompte le Viaduc de Millau

GD