RMC Sport

Papy Fremont fait de la résistance

Mike Fremont, porteur de la flamme olympique en 2012

Mike Fremont, porteur de la flamme olympique en 2012 - -

A 91 ans, Mike Fremont est un modèle pour tous ceux qui aspirent à la jeunesse éternelle. La semaine passée, cet Américain encore fringant a bouclé un semi-marathon en 3h3’56. Et rien ne semble vouloir stopper ce nonagénaire bondissant. Portrait.

Mike Fremont est un phénomène. A 91 printemps, ce natif de Cincinnati a encore de beaux restes. Mieux, il est la preuve vivante que l’on peut durer dans le sport puisque ce nonagénaire bondissant court depuis plus de… soixante-dix ans ! Dans les années 30, Mike Fremont se retrouve seul pour élever ses trois enfants en bas âge et c’est dans la course à pied qu’il va puiser son oxygène pour évacuer le stress d’une existence qui ne l’épargne pas. A tel point que la course va devenir toute sa vie. Mais dans sa 69e année, c’est le coup d’arrêt. Et le monde qui s’écroule pour Mike, dont on vient de diagnostiquer un cancer.

Plus fort que la tumeur cancéreuse qui vient d’être détectée, Mike décide alors de changer radicalement de mode de vie. Finis la viande et les produits laitiers. Bonjours carottes, petits pois et brocolis. Mike devient végétalien. Son hygiène de vie change considérablement et lui-même décide de rajouter de nouvelles cordes sportives à son arc, en se mettant à pratiquer le fitness, la relaxation mais aussi le cross-training. Entre la tumeur et Mike, c’est le retraité qui aura le dernier mot. Et vingt-et-un après, Papy Mike court toujours.

Une référence aux Etats-Unis

Aujourd’hui, Mike Fremont se porte comme un charme. La semaine passée, il s’est même payé le luxe de courir un semi-marathon (celui de Knoxville), en 3h03’56. Soit à moyenne de 7 km/h. Mais comment l’« Highlander du macadam » parvient-il à repousser à ce point les limites du corps humain ? « Je ne peux pas courir assez vite pour être fatigué, explique Mike Fremont. L’entraînement est important mais si vous arrivez à mon âge, vous n’allez pas être en mesure de vous entraîner comme vous voulez sauf si votre corps tient le choc. C’est grâce à mon alimentation que je suis aussi performant. »

Coutumier du fait, Mike enfile les records de sa catégorie d’âge comme des perles puisqu’il détient le record mondial sur marathon avec un temps de 6h35’7. Lors du semi de Knoxville, il s’est cassé de peu les dents sur son propre record (2h56’26’’). Ce qui n’a pas entamé sa réputation, lui qui est devenu une référence aux Etats-Unis. Un modèle pour tous ceux qui aspirent à la jeunesse éternelle.