RMC Sport

RMC Running : la montre GPS futur objet culte ?

-

- - DR

A l’instar de certains modèles de chaussures qui ont su traverser les époques au point de devenir mythiques (Pegasus, Air Max, Superstar, Copa Mundial, Gel Nimbus, Suede,…), une montre GPS pourrait bientôt passer à la postérité. Telle est en tout cas l’ambition de Polar. Explications.

Jusqu’à présent, on connaissait les indémodables. Ces modèles de chaussures ordinaires devenus mythiques au fil du temps, et qui ont su traverser les époques au gré de quelques liftings. Parmi ces incontournables qui occupent une place de choix dans le « Hall of fame », on peut citer la Air max, Air Force One, Pegasus, Jordan ou encore Cortez chez Nike. La Superstar, Stan Smith, ZX, Copa Mundial et World Cup chez Adidas. La Gel Nimbus et Kayano chez Asics, la Suede chez Puma. Liste non exhaustive.

Un pari sur l'avenir

Avec la V800, Polar est l’une des premières marques hors équipementiers à vouloir inscrire un de ses modèles durablement dans le temps. Lancé il y a deux ans, cette montre de sport intelligente (GPS, cardio, tracker d’activité, altimètre barométrique, capteur de foulées et de cadence cycliste, bluetooth,…) propose des mises à jour régulières avec des innovations manifestes (transfert automatique des données vers Strava, l’incrustation des données du Polar sur des vidéos GoPro,…).

Une alternative maline et durable au lancement systématique de nouveaux produits qui « tapent » le client au portefeuille. Mais surtout, un pari sur l’avenir et la postérité dudit produit.

Une simple logique de mises à jour

« On a adopté un système de fonctionnement différent de celui de nos concurrents, explique François Esmenjaud, responsable marketing de Polar France. Eux lancent de nouveaux produits, nous, on est plus sur une logique de mise à jour avec de nouvelles fonctions. » Si communiquer sur des mises à jour peut s’avérer compliqué voire bancal, Polar a du coup décidé de « relancer une histoire à travers un solide athlète ».

Un athlète, un objectif, une histoire

Cette tête de gondole, c’est le triathlète espagnol Javier Gomez, cinq fois champion du monde, triple champion d’Europe ou encore vice-champion olympique 2012. « Grâce à lui, conclut François Esmenjaud, on pourra communiquer autour d’un athlète, d’un objectif (les JO de Rio, ndlr), d’une histoire. Et puis, on va travailler avec lui pour le design, pour qu’ils nous fasse des retours qu’on fera remonter ensuite à nos développeurs-produits. » L’histoire est en marche.

GM