RMC Sport

24 Heures du Mans : après Simonsen, la course…

Des mécaniciens dans le stand d'Aston Martin, l'écurie d'Allan Simonsen

Des mécaniciens dans le stand d'Aston Martin, l'écurie d'Allan Simonsen - -

Malgré le décès d’Allan Simonsen ce samedi après-midi, le premier d’un pilote en course depuis 1986, les 24 Heures du Mans se poursuivent. A la demande de la famille du Danois, Aston Martin reste également en lice.

La nuit tombe sur Le Mans. Dans le stand Aston Martin, elle sera plus longue qu’ailleurs. L’un de ses pilotes, Allan Simonsen, s’est tué à 34 ans en sortant de la piste ce samedi après-midi après seulement dix minutes de course. Son décès a été annoncé à 18h par les organisateurs des 24 Heures du Mans, alors que la radio officielle avait d’abord indiqué qu’il était indemne juste après son accident et que le Danois était conscient à son arrivée au centre médical. Le paddock hésite entre fatalisme et discrétion. Certains pilotes savent que l’un des leurs est parti. D’autres, non. Car plusieurs équipes ont tenu à ne rien leur dire pour ne pas perturber leur concentration.

Chez Aston Martin, les pleurs ont fait qu’il était impossible de garder secret qu’un drame avait eu lieu. Les voitures du constructeur britannique auraient pu se retirer de la course. Elles sont toujours en lice. C’est la famille d’Allan Simonsen qui a souhaité qu’Aston Martin poursuive cette 81e édition des 24 Heures du Mans, afin de rendre hommage au pilote danois. Stéphane Sarrazin, lui, a rapidement été mis au courant. « C’est vraiment très triste, confie le Français, pilote de la Toyota n°8. C’est comme ça, ce sont les risques du sport automobile. Il est sorti très fort. C’est la vie, mais c’est difficile… »

Jacky Ickx : « La course continue et je crois que c’est bien ainsi »

L’organisateur, l’Automobile Club de l’Ouest, ne veut pas prendre la parole tant que les circonstances du drame n’auront pas été éclaircies. Seul un communiqué cosigné par Pierre Fillon, son président, et Jean Todt, président de la Fédération internationale (FIA), a été transmis. « Nous tenions à exprimer notre profonde tristesse après le décès d'Allan Simonsen survenu lors des 24 Heures du Mans, est-il écrit. Nous adressons nos plus sincères condoléances à la famille d’Allan et à ses proches. Nous pensons également à l’ensemble de l’équipe Aston Martin dans ces moments difficiles. La disparition d'Allan laisse un vide dans la grande famille de la FIA, de l’ACO et du sport automobile. »

Une grande famille qui comprend que la course n’ait pas été arrêtée. « C’est un vif rappel que le sport automobile est un sport dangereux mais aussi que c’est un risque librement consenti, explique Jacky Ickx, sextuple vainqueur des 24 Heures du Mans. Ce garçon et tous les autres au départ savent que ce sport est dangereux. Ce sont des adultes, ils font des choses qu’ils aiment et malheureusement, ça arrive. En attendant, la course continue et je crois que c’est bien ainsi. » « Je vais faire abstraction, assure Stéphane Sarrazin. Quand je serai dans l’auto, je roulerai à 100%. On pense à la course, à donner le maximum pour l’équipe. On a un boulot à faire. »

A lire aussi :

- 24 Heures du Mans : le drame Simonsen

- V.Fourneyron adresse ses condoléances à la famille de Simonsen

- Sarrazin : « Je vais faire abstraction »