RMC Sport

Après la F1, Romain Grosjean pense à l'Indycar

Alors que Romain Grosjean quittera Haas et la Formule 1 à la fin de la saison 2020, beaucoup de questions se posent autour de son avenir. Le pilote français pourrait rebondir en Indycar.

Si Romain Grosjean vit ses derniers instants en Formule 1, le Français ne compte pas s’arrêter là. À quelques jours de disputer le Grand Prix de Turquie, le pilote, qui quittera l’écurie Haas à la fin de la saison, a parlé de son futur lors d'une interview pour Formula 1. Romain Grosjean a confirmé qu’il était en discussion avec des écuries en Indycar, le championnat de monoplaces américain.

"Je pense qu'il y a toujours des opportunités", laisse entendre le Français, qui précise qu'aucune décision concrète n'a été prise: "Nous sommes en retard, certaines équipes sont pleines, mais il reste des opportunités, en regardant ce que nous pouvons faire, comment nous pouvons le faire. Je pense qu'il y a un souhait des deux côtés pour y arriver, ce qui est bien." 

"Une bonne opportunité et une expérience amusante"

Une opportunité intéressante. Au mois de septembre, le pilote de 34 ans était pourtant réticent au sujet du championnat américain: "l’IndyCar est évidemment un beau championnat mais je ne suis pas vraiment tenté par les ovales. Ils peuvent même me faire peur, donc je n'ai pas vraiment envie de faire des ovales", confiait-il alors.

Romain Grosjean aurait donc changé d’avis, comme il l’explique lors de sa dernière interview: "Les ovales, oui, c'est quelque chose dont je ne suis pas forcément un grand fan, mais en regardant le calendrier, il n'y en a que trois gros." L’actuel pilote de l’écurie Haas a révélé qu'il avait demandé conseil aux pilotes Simon Pagenaud et à l'ancien pilote de F1 Marcus Ericsson, au sujet d'une future expérience en Indycar.

"Il est évident que la course de l'Indianapolis 500 est quelque chose d'unique, c'est l'une des trois meilleures courses au monde avec Le Mans et Monaco, et je pense que si vous pouvez mettre un peu de côté la peur et foncer, et accepter que les voitures sont aussi beaucoup plus sûres, (…) peut être une bonne opportunité et une expérience amusante", ajoute le Français.

Une nouvelle vie en perspective

Romain Grosjean trouve tout de même quelques "inconvénients", précisant qu'il "ne connaît pas vraiment grand-chose au sport automobile aux États-Unis". Une carrière aux USA implique beaucoup de changements que le père de famille n’oublie pas: "Le style de vie et l'endroit où nous vivons et ce que nous faisons avec les enfants et leur éducation et leur avenir sont très élevés sur la liste des priorités... Ce n'est pas comme si j'étais un jeune qui pouvait simplement sauter dans un avion avec un sac à dos et ne pas regarder derrière moi."

Romain Grosjean conclue donc sans donner de réelles pistes: "Voyons ce qu’il va arriver, j'espère dans les prochains jours, puis nous pourrons examiner les détails et ainsi de suite." Lors de l’annonce de son départ de l'écurie de F1 au mois d'octobre, Romain Grosjean avait déclaré qu’il s’intéressait à la Formule E mais aussi à l’endurance.

ALR