RMC Sport

Bourdais : « On entre dans le vif du sujet »

Après un long hiver jalonné d'incertitudes, le Français attend sa monoplace Toro Rosso dans 15 jours.

Après un long hiver jalonné d'incertitudes, le Français attend sa monoplace Toro Rosso dans 15 jours. - -

Le pilote de Toro Rosso, sorti d'un long hiver jalonné d'incertitudes, affirme que sa monoplace Toro Rosso, qu'il recevra dans 2 semaines, sera compétitive.

Sébastien Bourdais, quel est votre objectif pour cette saison ?
Si je finis derrière mon coéquipier, lui n’ayant pas d’expérience en F1, ça sera difficile de continuer en Formule 1. Il ne faut pas se leurrer. Se mettre des objectifs sans savoir où on en est c’est forcément un peu stupide alors on va simplement donner le maximum. La voiture a l’air bien née, il faut y croire. Le but c’est d’essayer de marquer autant de points que l’année dernière (ndlr, 39 pour l’équipe, 4 pour lui) c’était une année exceptionnelle pour Toro Rosso. Si on peut reproduire ça, cela sera une très, très bonne année.

La crise a-t-elle changé les plans de Toro Rosso pour vous conserver ?
L’équipe a vu son budget réduit de 40%. Au fur et à mesure de l’hiver avec la crise, les choses se sont arrangées. Des mesures ont permis de sauver presque 100 millions d’euros chez Redbull. On est arrivé à ma confirmation mais j’ai dû faire des concessions financières sur mon salaire.

Comment s’est passé cette période pendant laquelle vous ne saviez pas de quoi votre avenir serait fait ?
C’était long d’attendre tout l’hiver jusqu’à début du mois de janvier pour savoir de quoi mon programme sportif allait être fin. Maintenant on est dans le vif du sujet, on est en plein préparatifs et ça se présente plutôt bien avec une voiture pleine de promesses.

L’an passé, vous avez longtemps répété que vous étiez malchanceux. Pensez-vous en avoir terminé avec la malchance ?
Je n’aime pas dire que je n’ai pas eu de chance car ça fait Caliméro, mais on a eu un cruel manque de réussite sur une saison qui aurait pu ramener une quinzaine ou une petite vingtaine de points. Mais c’était 2008 et il faut regarder devant.

Vous n’avez pas encore eu livraison de la voiture 2009. Est-ce frustrant ?
Notre voiture va être compétitive. La première échéance c’est la semaine prochaine en Italie pour le déverminage et dans quinze jours les premiers essais. On se met quelques petits obstacles mais c’était prévu malheureusement. On va essayer de faire en sorte que ça se passe le mieux possible.

Quel est votre favori pour la saison ?
Je crois que les cartes ont été largement redistribuées durant l’hiver. Les écarts entre les voitures sont relativement faibles par rapport à ce qu’on a pu voir quand il y avait des changements de règlementation les années précédentes. Ça pourrait laisser place à pas mal de belles bagarres.

C’est aujourd’hui (samedi) votre anniversaire. Que peut-on vous souhaiter ?
De prendre du plaisir dans la voiture. En général, c’est quand on prend du plaisir que ça va vite.

La rédaction - Morgan Maury