RMC Sport

Ecclestone : « L'horaire de la course n'est pas mauvais »

-

- - -

Malgré l’orage qui a contraint les organisateurs à arrêter le grand-prix de Malaisie à mi-course, Bernie Ecclestone ne veut pas remettre en cause les départs de grands-prix en fin d’après-midi.

Déplacé en fin d'après-midi pour satisfaire les téléspectateurs européens, l'horaire tardif du Grand-Prix de Malaisie n'est pas mauvais, a soutenu lundi l'argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone. « Je ne vois rien de mauvais dans l'horaire de départ (17h, heure locale). Nous ne savions juste pas pour la pluie. Si le Grand-Prix avait débuté à 14h00 (heure locale), il aurait aussi plu », a expliqué Ecclestone dans un entretien avec le site autosport.com. Les fortes pluies sont toutefois plus fréquentes en fin d'après-midi à cette période de l'année en Malaisie. L’année dernière, le départ avait été donné plus tôt, à 15h locales (8h00, heure française).

Une décision contestée

« Je n'ai pas pris la décision de débuter la course à 17h00 », s'est ainsi défendu Mokhzani Mahathir, le directeur du circuit.
« Comme nous le savions tous, il y a des tempêtes de pluie entre 17h00 et 18h00. C'est ce qui s'est passé », a ajouté Jenson Button, toutefois déclaré vainqueur de ce grand-prix tronqué.
Débuté par temps sec, le Grand Prix a été interrompu au bout de 33 tours sur les 56 prévus, en raison des trombes d'eaux qui se sont abattues sur le circuit. « A une heure normale, rien de ceci ne serait arrivé. Courir en fin d'après-midi est une idée qui avait l'air super-intelligente, mais qui n'avait rien d'intelligente », a jugé de son côté le vice-champion du monde Felipe Massa (Ferrari).

Et si Bernie Ecclestone persiste et signe à vouloir un départ en fin d’après-midi pour satisfaire les téléspectateurs européens, les organisateurs de la course ont déclaré qu'il fallait revoir l’horaire pour les prochaines éditions. « Nous allons revoir les questions de météo et d'éclairage. Je ne sais pas encore à quelle heure nous commencerons l'an prochain, mais nous reverrons le programme de la course », a avancé M. Mahathir. Le nouveau Premier ministre malaisien, Najib Razak, confirmant : « Dans le futur, nous devrons convenir d'un meilleur horaire, peut-être plus tôt… »

La rédaction