RMC Sport

F1: 5 raisons de suivre cette nouvelle saison

-

- - -

Impérial. Depuis trois saisons au sommet, Mercedes se présente en favori de cette saison 2017. Seulement voilà, les modifications apportées au règlement brouillent les cartes.

Un nouveau règlement pour une nouvelle vie

Augmenter les performances, rendre les voitures plus rapides, plus agressives tel est la maxime du nouveau règlement. Place à des voitures plus larges, plus basses et plus rapides. Les monoplaces ont un nouveau look. La largeur des ailerons a été accrue à l’avant, abaissée à l’arrière pour offrir plus d’appui. Les dimensions des pneus ont également été modifiées. De 25%. Que ce soit à l’avant (250 à 300mm) comme à l’arrière les nouveaux pneus donnent un nouveau visage aux monoplaces. Pirelli a créé de nouvelles gommes, plus adhérentes. Résultat: des voitures plus agressives qui rouleront trois à cinq secondes plus vite qu’en 2016.

Red Bull et Ferrari peuvent bousculer la hiérarchie

Inarrêtables depuis 2014, les Flèches d’argent ont (presque) tout gagné: champions du monde pilotes avec Hamilton (2014, 2015) et Rosberg (2016), champions du monde constructeur, 51 victoires en 59 Grand Prix, Mercedes n’a rien laissé passer. Une domination non sans rappeler les heures Ferrari (1994-2004) ou Red Bull (2010-2013). Mais la modification du règlement peut profiter aux écuries qui ont ramassé les miettes. D’aucuns pensent que Mercedes est le grand favori. Mais la fébrilité des Flèches d’argent aux tests d’hiver de Barcelone a montré que la concurrence frappe à la porte. Ferrari notamment, qui a signé les meilleurs temps à Barcelone, tout comme Red Bull semblent les mieux armés pour contrer Mercedes. Red Bull a notamment pu compter sur le retour d'Adrian Newey pour dessiner la monoplace de 2017.

Le "retour" de Lewis Hamilton

Avant de se faire détrôner par son coéquipier en 2016, Lewis Hamilton restait sur un doublé (2014, 2015). Le triple champion du monde se présente comme le grand favori au titre mondial. Il débute cette nouvelle saison aux côtés d’un nouvel équipier : Valteri Bottas, remplaçant de Nico Rosberg. Le Britannique peut cette saison rentrer dans le gotha des quadruples champions du monde. Hamilton rejoindrait alors Alain Prost et Sebastian Vettel. Hamilton peut aussi battre cette année le record mythique du nombre de pole-positions détenu par Michael Schumacher (68). Le Britannique en compte actuellement 61.

Les Français peuvent faire un coup

Ils sont deux cette saison: Romain Grosjean et Esteban Ocon. Le premier a 30 ans et compte 102 Grands Prix. Le second a 20 ans et compte 9 Grands Prix. Esteban Ocon débute sa première vraie saison. Engagé chez Manor l'année dernière en fond de grille, il est aujourd'hui dans une écurie de milieu de tableau. En signant chez Force India, quatrième au classement des constructeurs, Esteban Ocon veut en découdre. La firme indienne vise le top 3 cette saison et le jeune français ambitionne de rentrer dans les points à chaque course.

De son côté, Romain Grosjean poursuit l'aventure chez Haas où il s'est rapidement imposé comme le leader de l'écurie américaine. Auteur d'une belle saison avec 29 points, Grosjean et son équipe vont devoir confirmer.

L'insouciance des jeunes talents à surveiller

Ils sont trois "néophytes": Ocon, Stroll (Canada) et Vandoorne (Belgique). Tous peuvent viser les points ou une place sur le podium. Mais la tâche s'annonce compliquée pour Vandoorne avec sa McLaren-Honda. Le Belge a prouvé la saison dernière qu'il avait les épaules pour maîtriser une McLaren à la traîne. Remplaçant éphémère de Fernando Alonso pour le Grand Prix de Bahreïn, Vandoorne n'a pas manqué ses débuts. Dixième à l'arrivée, il a inscrit un point et s'est fait remarquer. Suffisant pour le propulser second pilote McLaren après la retraite de Jenson Button.

Enfin, Lance Stroll est le dernier venu. A dix-neuf ans, le Canadien débarque chez Williams sans aucune expérience en F1. Un apprentissage difficile à venir pour le fils du milliardaire Lawrence Stroll. 

A lire aussi >> Un premier affrontement au GP d'Australie pour voir si 2017 a du coffre

Mathieu Plestan