RMC Sport

F1: Grosjean donne des (bonnes) nouvelles de ses blessures aux mains

Invité ce samedi sur RMC pour partager ses émotions avec son ami Louis Burton, troisième du Vendée Globe, l’ancien pilote de F1 Romain Grosjean est aussi revenu sur son terrible crash, terminé dans les flammes lors du GP de Bahreïn au mois de novembre dernier. A 34 ans, le miraculé se porte bien et parle même de ses brûlures aux mains avec humour.

C’était il y a deux mois, le 29 novembre 2020, et cela semble déjà une éternité. Au volant de sa Haas, Romain Grosjean sortait indemne des flammes après un terrible crash lors du Grand Prix de Bahreïn.

Deux mois après l’accident, le jeune retraité des circuits de F1 revient avec lucidité et humilité sur cet événement: "Je ne sais pas si je suis un héros, a confié le pilote tricolore sur les ondes de RMC. J’ai fait ce que j’avais à faire pour mes enfants ce jour là, sortir de la voiture d’une façon ou d’une autre. J’ai souffert. J’ai posté des photos au moment où j’ai décidé que mes mains étaient à peu près présentables. J’ai vécu des moments pas forcément drôles. J’ai vu des parties de mon anatomies que je n’avais pas forcément envie de voir non plus."

"On ne va pas se plaindre"

Si Grosjean en a un peu bavé, il va de mieux en mieux: "Je récupère bien, se réjouit-il. Je travaille tous les jours avec de la rééducation avec des crèmes. Pour la douleur, ça tire, ça gratte et ça pique mais honnêtement, on ne va pas se plaindre. C’est une main qui va se refaire. Je garderai quelques cicatrices, c’est certain." Et Grosjean de glisser avec humour: "Si je sortais de 28 secondes dans les flammes sans cicatrice, j’aurais été un peu déçu."

Enfin Romain Grosjean n'a pas souhaité en dire plus sur son avenir professionnel dans le sport automobile, ni sur une éventuelle aventure dans une écurie d'Indycar: "C'est encore trop tôt pour le dire, tempère le pilote de 34 ans. Ce qui est sûr c'est que je me sens prêt à refaire de la course automobile. Plein de projets me tentent, les 24 Heures du Mans ou ce qui se passe effectivement aux Etats-Unis ou le Paris-Dakar", conclut Romain Grosjean.

ABr