RMC Sport

F1: pourquoi le GP de Belgique est le préféré de Grosjean

Romain Grosjean

Romain Grosjean - AFP

Après un mois de trêve, la Formule 1 reprend ce week-end avec le Grand Prix du Belgique à Spa-Francorchamps. Un circuit que Romain Grosjean, pilote Lotus et membre de la Dream Team RMC Sport, apprécie tout particulièrement.

Romain Grosjean, qu’avez-vous fait pendant cette trêve d’un mois ?

Rien d’extraordinaire en termes de voyage. Mais j’ai passé beaucoup de temps avec mes enfants et ma femme. C’était top. J’ai aussi fait du sport parce que finalement, quand on est en vacances, on ne l’est pas vraiment donc on garde la condition physique. Mais j’ai surtout profité de ma famille.

Comment vous êtes-vous entretenu physiquement ?

J’ai fait beaucoup de vélo. Avec les fortes chaleurs, c’était un peu compliqué pour courir. J’ai fait aussi de la gym. Et puis je me suis bien reposé pour revenir en forme sur la deuxième partie de saison, qui est toujours très difficile.

Quand avez-vous repris le pilotage ?

Pendant les quatre semaines de coupure, on n’a pas piloté du tout. Pas de simulateur, pas de visite à l’usine. Là, il va falloir retrouver les sensations à Spa. Avec ce fameux Raidillon de l’Eau Rouge (un enchainement célèbre du circuit, ndlr), qui est toujours un moment sympa.

Ce Grand Prix de Belgique est l’un de vos préférés…

C’est effectivement un des beaux week-ends de l’année. C’est un circuit qui est assez extraordinaire avec ce Raidillon de l’Eau Rouge qui donne la sensation de faire un grand huit à chaque fois qu’on passe dedans. C’est assez sympa. C’est un week-end où on n’est pas loin de la France, où tout le monde parle français. C’est vrai que c’est toujours beaucoup de plaisir de venir ici.

Vous aviez terminé 7e du dernier Grand Prix en Hongrie. La confiance est-elle là pour cette reprise ?

La confiance est là. Ici, ça devrait aller dans une meilleure direction et être plus facile pour nous qu’en Hongrie. On espère que ça sera le cas. On peut être un peu plus confiant ici que sur un circuit sinueux comme Budapest. L’objectif est toujours d’essayer de marquer des points et de gagner une place au championnat des constructeurs pour passer devant Force India.

Votre voiture peut-elle encore progresser ?

Oui, on espère qu’elle va encore progresser. On a quelques pièces neuves, ici, à Spa-Francorchamps. On espère que ça avance dans la bonne direction. Ensuite, il faudra voir quel est l’avenir du team et sous quelle couleur sera l’équipe l’an prochain. Tout ça dictera beaucoup les évolutions qu’on pourra amener sur la voiture.

Renault pourrait prochainement racheter Lotus. Qu’en pensez-vous ?

Ça serait une excellente nouvelle pour la Formule 1, pour l’équipe, pour moi. Etre pilote français dans une écurie française, c’est quelque chose d’assez extraordinaire. Il ne manquerait plus que le Grand Prix de France derrière et tout serait bouclé !

C’est donc plus qu’une rumeur…

On sait qu’il y a des discussions. Maintenant, la décision finale n’est pas encore prise. Moi, j’aimerais beaucoup que ça se fasse parce que ça serait une belle aventure. La première fois que je suis venu en Formule 1, c’était avec Renault. Il faut attendre la décision finale qui, j’espère, arrivera bientôt. Mais je n’en sais pas plus.