RMC Sport

Formule 1: bientôt des voitures qui vont à 450km/h?

Lewis Hamilton

Lewis Hamilton - AFP

Alexander Wurz, président de l’Association des Pilotes de Grands Prix, espère que la sécurité des Formules 1 sera très vite améliorée, afin que les écuries puissent proposer des monoplaces encore plus rapides.

Les Formules 1 rouleront-elles bientôt à 450km/h ? Si l’idée paraît folle, elle ne l’est pas pour tout le monde. Alexandre Wurz, ancien pilote chez Benetton, McLaren et Williams, et désormais président de l’Association des Pilotes de Grands Prix, y croit, à condition d’améliorer d’abord la sécurité des monoplaces.

A lire aussi >> F1: pour Rosberg, son dernier tour était comme… l’accouchement de sa femme 

« Si j'étais un visionnaire pour la F1, je rendrais les voitures toujours plus sûres, mais je les rendrais beaucoup plus rapides explique Wurz à Motorsport.com. Mais je veux dire bien plus rapides, parce que nous pourrions faire des voitures qui vont jusqu'à 450km/h et qui ont bien plus d'appui. Nous pourrions alors, si les voitures sont plus sûres, courir sur les pistes de course les plus extrêmes, des circuits en ville. »

« Rendons les voitures plus sûres et soyons très agressifs avec le reste »

« Le seul aspect sous-jacent auquel le fan à la maison a besoin de penser est: "Je ne pourrais jamais faire cela. Seuls les pilotes les plus courageux, les plus talentueux peuvent faire cela", poursuit Wurz. Ensuite, je n'ai que faire du reste. Parce qu'alors, le fan qui est en moi est exalté. Et nous sommes très loin de l'excitation. Et si les voitures ne sont pas plus sûres, le directeur de course sera contraint de veiller (sur les pilotes), parce qu'il ne veut pas aller en prison si quelque chose arrive, et alors nous sommes poussés dans une impasse. »

A lire aussi >> F1, Grand Prix de France: Thierry Braillard l’a appris… sur BFMTV ! 

« Mon opinion est : rendons les voitures plus sûres et soyons très agressifs avec le reste, parce qu'ensuite nous pourrons (le faire), car une vie humaine sera probablement moins en jeu. Ça sera toujours dangereux, si vous pilotez à ces vitesses, comme nous avons vu, mais nous travaillons contre le facteur de probabilité. C'est plus ma vision de long terme, qui ne fonctionne pas avec la vision à court terme des gens qui sont aussi là. Je ne suis pas sûr d'avoir raison, mais c'est pour cela que nous devrions décider en groupe. »

Alexandre Alain Rédacteur