RMC Sport

GP d’Australie : le bilan en trois points

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Auteur d’un départ canon, Nico Rosberg a remporté le premier Grand Prix de la saison à Melbourne ce dimanche. L’Allemand a devancé Daniel Ricciardo et Kevin Magnussen. Mais l'Australien a été disqualifié.

Un podium avec deux héritiers, Ricciardo disqualifié

Les qualifications avaient donné le ton avec une jeunesse décomplexée, la course a accentué cette sensation dès le départ ce dimanche. Troisième sur la grille, Nico Rosberg a déboité Daniel Ricciardo (Red Bull) et son coéquipier Lewis Hamilton dès l’extinction des feux pour prendre les commandes du premier Grand Prix de la saison, à la sortie du premier virage. Sur son nuage, Rosberg, le plus Français des Allemands en F1, n’a jamais été inquiété. Même l’intervention de la voiture de sécurité n’a pas entravé la route du résident monégasque vers la quatrième victoire de sa carrière en Grand Prix. Il ne pointe plus qu’à une victoire du total réalisé par son père (Keke).

Pour son premier Grand Prix avec Red Bull, Daniel Ricciardo a lui été disqualifié plus de cinq heures après la course pour avoir dépassé la limite de débit de carburant dans le moteur autorisé. Cruel pour l'Australien, qui avait pris la deuxième place sur la piste et qui se retrouve exclu du classement. Jenson Button (McLaren) en profite pour récupérer la troisième place. Et son jeune coéquipier Kevin Magnussen (21 ans) monte d'un cran, à la deuxième place.

Fils de Jan, toujours en activité, le Danois a aussi de qui tenir. Et le Danois, bonne pioche de Rod Dennis de retour aux affaires chez McLaren, n’a pas eu froid aux yeux pour son entrée dans le grand bain en s’invitant sur le podium pour son premier Grand Prix. Une performance que seuls Jacques Villeneuve (1996) et Lewis Hamilton (2007) avaient réalisé avant lui avant d’embrasser un destin de champion du monde.

Vettel et Hamilton ne carburent pas

Sebastian Vettel a stoppé malgré lui sa série record de victoires consécutives (9). Parti en 13e position, le quadruple champion du monde a noté avant le départ un problème mécanique. Après seulement quatre tours, l’Allemand est entré dans les stands, a coupé le moteur et mis fin à sa course sans un éclat de voix. Un tour avant lui, Lewis Hamilton avait aussi mis fin prématurément à sa course. Au lendemain de sa pole arrachée sur le fil, le Britannique a vite déchanté en pointant en troisième position après le premier virage, puis en cinquième. Une dégringolade expliquée par un problème mécanique qui l’a contraint à jeter l’éponge dès le troisième tour. Au total, sept pilotes ont abandonné (Grosjean, Maldonado, Ericsson, Vettel, Hamilton, Massa, Kobayashi).

Vergne dans les points, le cauchemar de Grosjean

Parti en sixième position, la meilleure place de sa carrière sur une grille de départ, Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) a longtemps tenu le coup avant de craquer en fin de Grand Prix sur deux erreurs de trajectoire qui ont permis aux Finlandais Valterri Bottas (McLaren, 5e) et Kimi Räikkönen (Ferrari, 7e) de s’engouffrer. Le Français termine finalement 8e, après le déclassement de son ex-coéquipier Daniel Ricciardo.

Romain Grosjean a lui conclu son week-end cauchemardesque par un abandon à 13 tours de la fin. Parti des stands après le travail des mécaniciens sur sa monoplace pas franchement au point, le Français a même été pénalisé pour être sorti trop tôt sur sa position de départ. Malgré les balbutiements de son écurie, Grosjean s’est bien comporté en course remontant même jusqu’à la 12e place… avant d’être rattrapé par les limites de sa F1. Jules Bianchi a connu un scénario similaire avec une panne sur la grille de départ, puis dans les stands, avant de prendre la piste avec six tours de retard. Le pilote Marussia s’est donc familiarisé avec sa monoplace pendant 49 tours.

A lire aussi :

>>> GP d’Australie : Revivez la course

>>> Vergne : « Un bon résultat »

>>> F1 : écoutez le bruit surprenant des nouveaux moteurs

NC