RMC Sport

GP d'Espagne: quand Bottas résiste aux consignes de Mercedes devant Hamilton

Lewis Hamilton a remporté ce dimanche le Grand Prix d'Espagne, signant ainsi la 98e victoire de sa carrière en F1, avec une stratégie parfaite. Mais tout n'est pas rose chez Mercedes, qui a dû faire face à une inhabituelle résistance de Valtteri Bottas durant la course.

Ce fut l'un des sujets de la semaine en Formule 1: les rumeurs évoquant un remplacement de Valtteri Bottas par George Russell chez Mercedes, potentiellement avant la fin de la saison. Des échos qui ont fortement agacé le Finlandais avant le Grand Prix d'Espagne.

"Je sais que je ne vais pas être remplacé au milieu de la saison, avait-il répliqué dans des propos relayés par Motorsport. En tant qu'équipe, nous ne faisons pas ça. J'ai un contrat pour cette année, et je pense qu'il n'y a qu'une seule écurie qui fait ce genre de choses en F1 et ce n'est pas nous. Donc pas de pression pour ma part, car je sais comment ça se passe. Il y a toujours des conneries qui traînent, mais cela fait partie du sport."

Y avait-il quelques traces sur la piste de Barcelone? Possible, si l'on se penche sur une manoeuvre de fin de course. Dans le 51e tour, Mercedes prévient Valtterri Bottas. D'abord avec un premier message indirect, laissant entendre que lui et Hamilton n'ont pas les mêmes objectifs et qu'il ne faudra pas l'oublier. A ce moment-là, le Britannique est troisième, après avoir fait un deuxième arrêt au stand qui s'avèrera être un coup magistral. Max Verstappen, dont les pneus sont en souffrance, est devant mais ne parvient plus à faire la différence au temps par rapport au champion du monde.

Quelques virages plus loin, nouveau message de Mercedes, cette fois beaucoup plus clair: il est demandé à Bottas de laisser passer sans résistance son coéquipier, dès qu'il le pourra. "N'empêche pas Lewis de passer", lui glisse-t-on dans l'oreillette. Sauf que dans ce 52e tour, le Finlandais semble réticent.

De la résistance et une trajectoire étonnante

Bottas ne ralentit pas dans l'enchaînement de virages. Hamilton n'attend pourtant que cela, calé dans ses roues, pour déboîter et foncer sur Verstappen en tête de course. Quand cela dure un ou deux virages, passe encore. Mais l'affaire a duré... laissant penser qu'il ne voulait surtout pas jouer le jeu.

Aidé par le DRS, le Britannique finit par dépasser son coéquipier qui, sur la manoeuvre, prend une trajectoire très à gauche qui a sans doute gêné - voire un peu effrayé - Lewis Hamilton. Incroyable image. Tout est finalement rentré dans l'ordre et le champion du monde est allé avaler la Red Bull pour remporter la course. Mais il y a peut-être effectivement de l'eau dans le gaz chez Mercedes.

https://twitter.com/apobouchery Apolline Bouchery Journaliste RMC Sport