RMC Sport

GP d’Inde : Vettel ne ralentit pas

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel - -

Sans surprise, Sebastian Vettel (Red Bull) a décroché la pole position du Grand Prix d’Inde, devant Mark Webber et Lewis Hamilton (McLaren). L’Allemand semble promis à la victoire, au grand dam de Fernando Alonso (Ferrari), 5e.

Vettel en patron
Il ne leur a même pas laissé les miettes. Meilleur temps des trois séances d’essais libres, Sebastien Vettel s’est logiquement emparé ce samedi de la pole position. Pour le moment, l’Allemand a tout raflé sur le circuit de Buddh. Et ce n’est certainement pas fini… puisque le double champion du monde en titre, déjà vainqueur l’an passé, a encore prévu de passer en premier sous le drapeau à damiers. « Ma victoire de l’année dernière était une belle histoire mais demain (dimanche), il faudra en écrire une nouvelle. Ce sera une longue course et tout peut se passer. Je ne voudrais pas terminer sur une autre position que la première. » C’est la passe de quatre également, après ses trois derniers récents succès en Grand Prix, que vise Vettel. Et boucler ce carré d’as tuerait un peu plus le suspense à trois encablures de la fin du championnat.

Les McLaren en embuscade
Dans le carré de tête, on retrouve Sebastian Vettel bien sûr, son coéquipier australien Mark Webber mais aussi Lewis Hamilton et Jenson Button. Soit un joli doublé McLaren derrière les intouchables Red Bull. Une position de chasseur qu’affectionne tout particulièrement Lewis Hamilton, bien décidé à accrocher le podium du championnat dans cette fin de saison. « Nous ne sommes pas assez rapides pour être devant eux (les Red Bull, ndlr), mais je suis sûr qu'on pourra aller les chercher en course, estime le Britannique, futur pilote Mercedes en 2013. Je pense même que les Ferrari seront peut-être les meilleures dimanche. Troisième, c’est une super position au départ. » La meilleure pour avoir un œil sur les bolides de devant et l’outsider (Alonso) de derrière.

Alonso déjà condamné ?
« Lorsque vous n’êtes pas le plus rapide, vous avez besoin d’apporter quelque chose d’important pour le devenir. Pour cela, vous avez besoin d’une grosse mise à jour et ce que nous avons en Inde est une petite mise à niveau. » Agacé, Fernando Alonso ? Cinquième sur la grille de départ, l’Espagnol, seul rival de Vettel dans la course au titre, est le grand perdant des qualifications. Dimanche sera-t-il un jour meilleur ? « En course, normalement, nous sommes beaucoup plus compétitifs. Nous allons essayer de prendre l’avantage sur les McLaren et mettre la pression sur les Red Bull pour espérer des erreurs de leur part. » L’espoir du titre passe par là désormais.

Le demi-sourire de Grosjean, la grimace de Vergne
Romain Grosjean aurait pu mieux figurer sur la grille de départ. Mais encore aurait-il fallu pour cela que le Français gratte les deux centièmes qui lui manquaient pour intégrer la Q3. Résultat, le pilote Lotus devra se contenter de la 11e place. « On a un petit bonheur : je peux choisir les pneus avec lesquels je vais démarrer. Ça me laisse le choix de faire ce que j’ai envie et d’optimiser notre course. » Jean-Eric Vergne aurait aimé en dire autant. Mais le 18e temps des qualifications va devoir cravacher pour entrer dans les points.

« Hier (vendredi), on est parti sur des réglages un peu expérimentaux pour l’année prochaine, explique le jeune pilote Toro Rosso. Comme j’avais un mauvais feeling avec la voiture, on est revenu sur ce qu’on savait. On est reparti d’une feuille blanche. C’est dommage, je manque la Q2 de quelques centièmes. En Corée, on a montré qu’on était les seuls à doubler facilement. Il va falloir être capable de faire la même chose. De toute façon, je n’ai pas le choix si je veux finir dans les points. » Des points que Charles Pic, sauf miracle, ne verra jamais, après avoir obtenu son pire résultat de la saison (24e).

A.D avec A.A, en Inde