RMC Sport

GP de Corée du Sud : Vettel règne, Grosjean se place

Sebastian Vettel en pole du Grand Prix de Corée du Sud

Sebastian Vettel en pole du Grand Prix de Corée du Sud - -

Pour la troisième fois consécutive, Sebastian Vettel (Red Bull) s’élancera en pole position ce dimanche au Grand Prix de Corée du Sud. Belle performance également de Sébastien Grosjean (Lotus), qui partira de la troisième place.

Vettel sur sa planète

Il y a lui et les autres. Comme lors des derniers Grands Prix, à Monza et Singapour, Sebastian Vettel s’est montré le plus rapide ce samedi en qualifications (1’37’’202). Avec un peu plus de quatre dixièmes d’avance sur Lewis Hamilton (Mercedes), l’Allemand a encore une fois montré que sa Red Bull et lui étaient intouchables en ce moment. « J’ai fait un excellent tour en Q3 et je savais que ce serait très dur de battre mon temps, même par moi-même (rires) ! On peut vraiment être heureux après ces qualifications », avoue-t-il. Pour la 6e fois de la saison, la 42e de sa carrière, le triple champion du monde s’élancera donc en tête de la course. Et on voit mal, sauf incident mécanique, comment ses adversaires pourraient le revoir.

Grosjean, pari gagnant

Les minutes filaient inexorablement. Et soudain, alors qu’il ne restait que trois minutes au chronomètre, Romain Grosjean s’est élancé pour sa seule tentative en Q3. Un pari risqué mais payant, puisque le pilote Lotus a signé un très beau 4e temps (1’37’’531), loin devant son coéquipier Kimi Räikkönen (10e en 1’38’’822). « On a pris les bonnes décisions, souligne le Français. Les ingénieurs ont continué le travail qu’on a mis en route depuis un certain temps donc c’est positif. On a dit qu’on voulait jouer avec les Mercedes, c’est ce qu’on a fait. On a choisi une stratégie osée et encore une fois ça a fonctionné. » Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Grosjean « gratte » une place et s’élancera en 3e position, sur la partie propre de la piste. Mark Webber (Red Bull), auteur du 3e temps, est en effet rétrogradé de dix places pour avoir été ramené sur la Ferrari de Fernando Alonso à Singapour, il y a deux semaines.

Alonso condamné à l'exploit

Un gouffre à combler. Voilà la situation pour le moins compliquée dans laquelle se trouve Fernando Alonso, dauphin de Sebastian Vettel au championnat du monde des pilotes. Seulement 6e temps de ces qualifications (1’38’’038), l’Espagnol voit ses espoirs de troisième titre mondial se réduire au fur et à mesure que les courses défilent. Le pilote Ferrari a encore six Grands Prix pour combler l’écart de 60 points qui le sépare de son rival de chez Red Bull. Une mission quasiment impossible. « On est à notre place, souffle-t-il. On a été sixième ou septième lors des essais libres et on est sixième lors des qualifications. C’est une bonne place, même si on n’est jamais content quand on n’est pas en pole position. Il y a un vrai fossé mais c’est comme ça. Normalement, pendant la course, on arrive toujours à gagner quelques places pour essayer d’être sur le podium. On essaiera de le refaire demain. »

Bianchi se fait punir

Les Grands Prix se suivent et se ressemblent pour les pilotes français. Si Romain Grosjean truste durablement les premières rôles en qualifications, la donne n’est pas la même pour ses trois compatriotes. Passé de justesse en Q2, Jean-Eric Vergne n’a pas réalisé d’exploit en signant le 16e temps final (1’38’’781). Seule bonne nouvelle, Daniel Ricciardo, son coéquipier chez Toro Rosso, a fait à peine mieux (13e en 1’38’’417). Au volant de sa Caterham, Charles Pic (19e) a livré un beau duel avec son coéquipier néerlandais Guido van der Garde. Un duel qu’il a remporté d’un souffle (1’40’’864 contre 1’40’’871). Même chose pour Jules Bianchi (21e), qui a terminé juste devant Max Chilton, l’autre pilote Marussia, mais qui partira dernier pour avoir gêné la Force India de Paul di Resta lors de la première partie de la qualification. C’est la deuxième réprimande reçue par Bianchi depuis le début de la saison. A la 3e, un pilote est pénalisé de dix places sur la grille de départ du Grand Prix suivant.

A lire aussi :

>> Toute l’actu de la Formule 1

>> Grosjean : « Un mal pour un bien »

>> Vettel, le mal aimé

A.Al. avec A.Ar.