RMC Sport

Grand Prix de Malaisie : les tops et les flops des qualifs

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Deuxième pole consécutive pour Hamilton, Vettel de retour aux affaires, Ferrari dans la danse, Lotus et Grosjean toujours à la peine : tout ce qu’il faut retenir des qualifications disputées ce samedi sous la pluie de Sepang.

Mercedes chante (aussi) sous la pluie

Pole pour Lewis Hamilton, victoire pour Nico Rosberg. Difficile d’afficher meilleur bilan que celui de Mercedes en Australie pour l’ouverture de la saison. Deux semaines plus tard, l’écurie allemande continue de dominer son sujet et se dirige vers un week-end parfait. Après avoir remporté les trois séances d’essais libres, avec Hamilton pour commencer puis Rosberg par deux fois, Mercedes a prouvé que ses monoplaces étaient aussi à l’aise sur piste sèche que sur circuit mouillé en maîtrisant les qualifications du GP de Malaisie, retardées puis perturbées par la pluie, avec la pole position pour Lewis Hamilton, sa deuxième de suite et la 33e en carrière, record britannique du genre de Jim Clark égalé.

« On ne pouvait presque rien voir et c’était très piégeur pour tout le monde, explique le pilote britannique. Je suis très heureux du travail réalisé par toute l’équipe depuis le début du week-end. Nous voir progresser comme ça, c’est exceptionnel. On a un très bon rythme et la lutte va être serrée avec les Red Bull mais aussi les Ferrari. Je suis excité et concentré sur cette bagarre à venir. » Obligé d’abandonner au troisième tour en Australie sur problème mécanique, Lewis espère vivre tout l’inverse en course ce dimanche. Troisième sur la grille après avoir dépassé Fernando Alonso (Ferrari) en fin de Q3, Rosberg affiche lui aussi son optimisme : « Sur le sec, on est encore les plus rapides. Mais sur le mouillé, les autres sont plus proches. Tout reste à jouer et pour la course, c’est en avant Guingamp ! Partir 3e, c’est OK. »

Sebastian Vettel de retour aux affaires

Gêné par la sortie de piste de Kimi Räikkönen (Ferrari), il avait été éliminé dès la Q2 en Australie, une première depuis… 27 courses. En course, parti du 13e rang, il n’avait effectué que quatre tours en course avant de rentrer aux stands pour couper le moteur et abandonner sur problème mécanique. Pas le début de saison idéal pour un quadruple champion du monde en titre. Mais qu’on se le dise, Sebastian Vettel est déjà de retour. Alors que la préparation hivernale de Red Bull avait fait craindre le pire avant l’Australie, la monoplace autrichienne a depuis retrouvé des qualités qui ont permis à l’Allemand de prendre le deuxième rang des qualifs en Malaisie.

« Il a roulé très fort et effectué un excellent travail », confirme Rosberg. Et comme Vettel n’a jamais remporté de Grand Prix en s’élançant au-delà de la troisième place sur la grille, on se dit que tout semble en place pour une belle performance du garçon ce dimanche. « C'est une bonne chose d'être en première ligne, indique l'Allemand. Si je ne me trompe pas, je serai du côté propre de la piste même si ça dépend des conditions au moment du départ. Je suis très content de ce résultat. » Et son coéquipier dans tout ça ? L’Australien Daniel Ricciardo, brillant deuxième en Australie avant d’être disqualifié, a confirmé tout son potentiel avec une quatrième place. Il prendra le départ aux côtés de Nico Rosberg.

Ferrari dans la danse

Longtemps troisième en Q3, Fernando Alonso ne doit sa reculade au quatrième rang de ces qualifs qu’à la capacité de Nico Rosberg d’aller améliorer son chrono en fin de séance. Mais avec la sixième place de Kimi Räikkönen, le pilote espagnol a pu avoir la confirmation que les monoplaces Ferrari possèdent bien les qualités nécessaires pour prétendre aller titiller Mercedes et Red Bull et s’immiscer dans leur lutte au sommet. D’autant plus que les conditions climatiques changeantes sur Sepang pourraient les avantager.

Jean-Eric Vergne encore bien présent

Côté français, les week-ends se suivent et se ressemblent en ce début de saison. Si Jules Bianchi (Marussia) n’a pas pu passer la Q1, Jean-Eric Vergne confirme qu’il en embêtera plus d’un avec sa Toro Rosso. Sixième sur la grille puis huitième en course en Australie, Vergne a cette fois pris la neuvième place des qualifications, juste devant l’ancien champion du monde Jenson Button (McLaren). Une performance que le garçon est allé arracher, passant comme dernier qualifié en Q1 puis en Q2. « C’était une qualification extrêmement difficile et je pense que je n’avais pas vraiment la voiture pour aller en Q3, explique Jean-Eric. J’ai réussi à faire un tour parfait en Q2 pour m’y hisser mais c’était vraiment juste. La voiture était très difficile à conduire et je ne sais pas exactement pourquoi mais. Mais c’est quand même un très bon résultat. On part neuvième donc tout est possible. Globalement, c’est très positif. »

Grosjean et Lotus, un léger mieux...

Dernier temps de la Q1 lors des qualifs et abandon à 13 tours de la fin en course. Attendu après les difficultés de l’écurie dans sa préparation hivernale, le week-end australien cauchemardesque de Romain Grosjean et Lotus avait bien eu lieu. Logique, donc, de voir les intéressés jouer la carte de l’optimisme à l’heure de commenter la 15e place du Français sur la grille de départ du GP de Malaisie (16e temps en Q2, mais pénalité pour Bottas).

Encore loin d’être capable de jouer dans la cour des grands, même s’ils ont cette fois pu se qualifier pour la Q2, Grosjean et Lotus progressent tout de même pas à pas. Et pour l’instant, ils s’en contenteront. « Il y a eu un vrai pas en avant, s’enthousiasme le Français. Lors des essais libres 3, on arrive à faire le 13e temps, ce qui n’est pas ridicule vu d’où on vient. C’est la meilleure journée depuis qu’on roule en 2014. Ça a marché plutôt mieux que ce qu’on attendait. Il y a plein de positif et il faut continuer de travailler. On peut voir la lumière au bout du tunnel assez rapidement. »

A lire aussi :

>> Grand Prix de Malaisie : revivez les qualifications

>> Grosjean : "Ce n'est pas aussi fun qu'avant"

>> F1 : des moteurs en sourdine qui agacent le paddock

A.H. avec A.A. à Sepang