RMC Sport

Grosjean bute sur un Vettel historique

Sebastian Vettel et Romain Grosjean

Sebastian Vettel et Romain Grosjean - -

Sebastian Vettel a signé un nouveau record en remportant son 8e Grand Prix consécutif, ce dimanche à Austin (Etats-Unis). Derrière le pilote Red Bull, Romain Grosjean (Lotus) a pris une excellente deuxième place.

Les spectateurs du Grand Prix des Etats-Unis ont eu droit à deux courses en une ce dimanche. Celle pour la victoire, remportée par l’intouchable Sebastian Vettel, et celle pour les places d’honneur, que Romain Grosjean s’est adjugée au terme d’un suspense presque insoutenable. Parti en pole position, Vettel a lui, vite mis un terme à toutes les interrogations quant au nom du vainqueur. Sur la piste d’Austin, l’Allemand n’a jamais été inquiété, prenant le large dès les premiers virages et ne lâchant la tête qu’entre le 28e et le 30e tour, moment de la valse des monoplaces dans les stands. Le reste ? Un long cavalier seul du déjà quadruple champion du monde (26 ans).

Assuré du titre cette saison, Vettel a montré qu’il ne laisserait même pas une miette à ses rivaux, réduits à jouer la 2e place. Mieux, « Baby Schumi » est encore un peu plus entré dans l’histoire de son sport en s’adjugeant la 38e victoire de sa carrière, la 12e cette saison et surtout… la 8e consécutive, nouveau record ! Un grand huit qui permet au pilote Red Bull de rentrer dans l’histoire et de dépasser Alberto Ascari (qui avait gagné neuf courses consécutivement, mais à cheval sur deux saisons) et Michael Schumacher. « Ça a été tendu aujourd’hui. Romain a pris un bon départ, je ne savais pas si j’allais le garder derrière moi. Ensuite, je me suis concentré sur ma course et j’ai réussi à maintenir l’écart », analyse simplement Vettel, qui assure qu’il ne prête pas attention à tous les records qu’il est en train de faire tomber.

Grosjean égale son meilleur résultat

Derrière le « cannibale » Vettel, c’est donc Romain Grosjean qui a tiré son épingle du jeu. Après un très bon envol qui lui a permis de chiper la 2e place à Mark Webber, le pilote Lotus a géré son Grand Prix de main de maître, résistant avec brio aux assauts de Webber lors des derniers tours. « J’ai pris un bon départ en passant Mark et en attrapant presque Sebastian. Les choses se sont bien passées, je suis content pour l’équipe et pour les gens qui travaillent à l’usine. Tout le monde a fait son travail à 100% », souligne le natif de Genève.

Pour la sixième fois cette saison, Grosjean est donc monté sur le podium, confirmant que si sa pointe de vitesse avait toujours existé, il y a désormais ajouté une capacité à se montrer régulier tout au long d’un week-end. Sa 2e place sur la piste texane, le meilleur résultat de sa carrière (avec le Grand Prix du Canada 2012), prouve en tout cas qu’il est entré dans la cour des grands. « Il fallait faire un sans-faute. C’est ce qu’il a fait, lance Patrick Tambay, membre de la Dream Team RMC Sport. Il fallait résister et être constant du début à la fin. C’est une course parfaite. Maintenant, pour rivaliser avec Vettel il lui faudrait la même machine. Il a une machine performante donc c’est déjà ça. Et il a devancé Webber, c’est une référence ! » Et qui sait, peut-être qu’un jour Vettel laissera une miette traîner en route...

A lire aussi :

>> GP des Etats-Unis : revivez la course

>> GP des USA : revivez les qualifs

>> Lotus chasse la crise

Alexandre Alain