RMC Sport

Grosjean : « Je sens que ça va tourner »

Romain Grosjean

Romain Grosjean - -

A la veille des qualifications du Grand Prix de Chine, Romain Grosjean membre de la Dream Team RMC, dévoile son ambition d’inscrire ses premiers points au classement des pilotes. Même si la performance s’annonce plus difficile que prévue.

Romain, quel est l’objectif que vous vous êtes fixé en arrivant à Shanghaï ?

L’idée, c’est de réussir une belle qualification. Après, on sait que Shanghaï est un circuit où les dépassements sont fréquents avec une ligne droite interminable. Il va falloir aller au bout de la course mais je sens que ça va tourner et que le Grand Prix de Chine sera le premier d’une belle série.

Comment a réagi l’usine Lotus d’Enstone en Angleterre, lors de votre retour après les deux abandons en deux courses ?

Je me suis un peu fait charrier… Mais qui aime bien, châtie bien ! (Rires) C’était les deux premiers Grands Prix et c’est dommage de commencer comme ça mais ce n’est pas non plus un drame. Surtout que ce n’est pas dû à un excès d’agressivité ou d’enthousiasme. En Australie, c’est même plutôt le contraire. Mais l’équipe est derrière moi et sait que le premier déçu, c’est moi. Je n’ai pas de pression et j’ai envie d’aller boire un petit coup de champagne.

Pourtant, avec les 15e et 17e temps des essais, vous ne semblez pas au niveau des deux premières courses.

C’est sûr que la performance de Melbourne (3e sur la grille, ndlr) ne sera pas facile à aller chercher, mais les ingénieurs vont se creuser les méninges cette nuit et on y verra un peu plus clair après la troisième séance. L’objectif, c’est d’être dans les 10 meilleurs pilotes et de ménager les pneus qui s’usent beaucoup avec ces grands virages.

La semaine prochaine, la F1 se rendra finalement à Bahreïn malgré les tensions qui enflent dans le pays. Vous aviez déjà vécu le Grand Prix de Bahreïn la saison dernière en GP2 en pleine révolution.

On était à 300 mètres de la place où les manifestants se donnaient rendez-vous. Ce sont des images qui marquent, on dort habillé, le passeport dans la poche et on prend notre valise tous les matins en allant au circuit. Mais si la F1 y retourne, c’est que les mesures de sécurité ont été prises, on ne peut pas vivre une situation similaire.

RMC Sport