RMC Sport

Grosjean : « On ne m’appelle plus "le fou du premier tour" »

Romain Grosjean

Romain Grosjean - -

Après deux troisièmes places décrochées en Corée du Sud et au Japon, Romain Grosjean avoue que le regard du paddock à changer à son égard. Le Français espère poursuivre sur sa lancée ce week-end au Grand Prix d’Inde.

Romain, vous restez sur deux podiums consécutifs en Corée du Sud et au Japon. Avec quelle ambition abordez-vous ce Grand Prix d

Il peut toujours y voir des surprises. Vraisemblablement, il devrait y avoir un quatrième titre pour Sebastian Vettel, sans toutefois connaitre le résultat final. En ce qui me concerne, je veux donner le meilleur de moi-même pour continuer sur notre bonne lancée en allant chercher le meilleur de la voiture. Il faut essayer de faire une course solide en essayant de se créer le plus d’opportunités possibles.

Êtes-vous dans une période euphorique ?

Je ne dirais pas euphorique mais je m’éclate en Formule 1, j’aime vraiment être ici. Je me sens bien dans l’équipe et dans ma voiture. Je suis dans une bonne période mais je ne perds pas de vue que ça nécessite du travail et de la constance. Ça ne tombe pas du ciel.

Peut-on parler d'un déclic après votre podium en Corée ?

On aime beaucoup parler de déclic mais, pour moi, ce n’en n’est pas un. C’est la continuité du travail qu’on a entamé il y a un an. On envoie peut-être des signes plus forts à certains moments mais pour moi, c’est plus la continuité du travail que je fais sur moi avec la psychologue. Ce n’est pas simple tous les jours mais je me sens bien et ça paie. On continue de travailler pour être encore meilleur.

Quels échos avez-vous eu après ces deux podiums ?

Plutôt très bons ! On a réussi à faire des courses solides. Je suis passé à l’usine deux fois depuis le doublé Japon-Corée. Tous les mécaniciens sont heureux. Ça fait plaisir de voir des courses où on se bat aux avant-postes. Je suis le premier à m’amuser dans la voiture et à être heureux dans cette position. On a envie de continuer sur cette lancée. On est sur une très bonne phase où tout se passe plutôt très bien. La voiture est bonne et moi je me sens bien. Le travail paie et je continue de bien progresser là-dessus. Quand les résultats suivent, c’est toujours plus simple que quand on enchaine les galères.

Que vous manque-t-il pour décrocher une première victoire ?

A Suzuka, un peu de rapidité par rapport aux Red Bull. On a su se créer l’opportunité en attaquant, en prenant un très bon départ et en essayant d’aller chercher le maximum sur la course. On va essayer de bien travailler sur les essais, bien régler la voiture, faire une bonne qualification et donner le maximum de nous-mêmes en course pour voir ce qui est réalisable.

« Capable de faire suer les meilleurs »

Avez-vous le sentiment que le regard du paddock a changé ?

Il est forcément différent de l’an dernier. On ne m’appelle plus « le fou du premier tour », c’est déjà pas mal. On a montré qu’on était souvent aux avant-postes et qu’on était capable de faire suer les meilleurs - Red Bull - sur le dernier Grand Prix. Les choses évoluent mais je me concentre sur mon travail.

Passer la moitié d'un Grand Prix en tête vous donne-t-il plus de confiance ?

Ça m’oblige à être meilleur et à travailler de plus en plus fort. On se bat contre des champions du monde et contre les meilleurs. Pour être capable de les devancer ou de les suivre, il faut travailler très fort.

Comment jaugez-vous la voiture sur ce circuit d'Inde ?

Je ne sais pas. On va avoir des pneus un peu mieux que ce qu’on avait ici l’an dernier. La voiture est différente de celle de l’année dernière et je la préfère. Je crois qu’on a réussi à en faire quelque chose que j’aime bien. A chaque circuit, les cartes sont redistribuées.

Qu'appréciez-vous dans cette monoplace ?

La couleur (rires). Elle est plutôt stable et me convient bien en termes de pilotage. Je pense avoir évolué et compris plus de choses sur les réglages de la Formule 1 et ça me permet de l’amener plus où j’en ai envie.

Qu'aimez-vous dans ce Grand Prix ?

Le circuit est plutôt sympa. Visuellement, il n’est pas forcément fantastique mais, pour rouler, c’est plutôt sympa. Il y a des gros freinages et des virages assez rapides. Dans l’ensemble, il y a pas mal de choses pour se régaler. Le virage 3 n’est pas simple. On peut le comparer au virage à Austin mais celui-là est un peu plus compliqué parce que la corde est complètement aveugle.

A lire aussi :

>>> Le GP d’Inde annulé ?

>>> Grosjean avec Hulkenberg en 2014 ?

>>> Tambay : « Grosjean est à sa place »

Propos recueillis par Antoine Arlot en Inde