RMC Sport

Grosjean : « Repartir sur des bases saines »

Romain Grosjean

Romain Grosjean - -

Pas vraiment satisfait par les performances de sa Lotus en Australie, le pilote français Romain Grosjean espère rectifier le tir dès dimanche, à l’occasion du Grand Prix de Malaisie.

Romain Grosjean, seulement une semaine sépare le GP d’Australie et celui de Malaisie ce week-end…

Ça passe effectivement très vite mais la gestion d’une saison se joue beaucoup sur ces petits moments de repos durant lesquels on essaie de s’échapper à notre façon. Il y a quand même 8-9 heures de vol entre Melbourne et Kuala Lumpur. En arrivant, il a fallu trouver un endroit pour s’acclimater à l’humidité et à la chaleur ambiante. Il fallait aussi recharger les batteries. Un Grand Prix pompe beaucoup d’énergie. J’ai donc dû me reposer pour revenir en forme et de bonne humeur.

On imagine que votre équipe a bossé sur votre voiture….

Oui, ça a bossé très, très dur ! Mon ingénieur, Ayao (Komatsu), a décortiqué toutes les datas du Grand Prix (les données de la course). A Melbourne, il y a bien quelque chose qui n’a pas fonctionné. On repart avec les réglages de Kimi (Räikkönen) pour commencer les essais en Malaisie. On va comparer les voitures en piste, voir si elles font bien ce qu’on attend d’elles pour repartir sur des bases saines.

On dit que les pneus seront la clé de la saison. Pouvez-nous expliquer ça ?

Si on comprenait tout à 100%, je vous ferais une belle théorie. Mais il reste des zones d’ombre. Les pneus ont évolué par rapport à la saison passée. Ils se dégradent plus vite et de façon différente. Il existe deux phénomènes. Il y a ce qu’on appelle le graining. C’est la gomme du dessus du pneu qui se désolidarise de la construction car elle n’est pas à bonne température. L’autre phénomène est l’usure de cette gomme sur les virages. L’idée, avec les réglages, est de ne pas faire des « burn » à chaque sortie de virage.

Votre partenaire Kimi Räikkönen a remporté le GP d’Australie. A-t-il fait la fête, lui qui a un tempérament très froid ?

Il ne change pas beaucoup. Il gagne donc on ne lui dit rien. De temps en temps, il sourit. Il s’est un peu ouvert. Maintenant, on rigole bien. C’est un bon coéquipier. Il ne change pas d’attitude au fil de la saison. C’est une bonne chose de bosser ensemble.