RMC Sport

Patrick Tambay : « Un véritable conte de fées »

Patrick Tambay

Patrick Tambay - -

Patrick Tambay a apprécié le succès ce dimanche de Nico Rosberg, 30 ans après son père Keke, sur un circuit où il a quasiment grandi. Et s’il salue la 8e place de Jean-Eric Vergne, il refuse pour autant d’accabler Romain Grosjean, qui a accroché Daniel Ricciardo.

« Tel père, tel fils. Ou l’inverse. Nico Rosberg n’est plus le fils de Keke mais c’est Keke qui est le papa de Nico. C’est un rêve qui devient réalité. Il en rêvait depuis sa plus tendre enfance. Il a assisté à pratiquement tous les Grands Prix qui ont eu lieu à Monaco. Il a eu l’occasion de fréquenter le paddock. Il connait les us et coutumes depuis longtemps. Il vient concrétiser en remportant ce qui est probablement la plus belle victoire en Formule 1, le Grand Prix de Monaco. C'est un véritable conte de fées. 

On savait qu’Hamilton, c’était de la référence en matière de performance et de vélocité. On allait découvrir, du coup, ce que Nico Rosberg valait vraiment. On le sait maintenant. Il est capable de faire des pole positions, de faire jeu égal avec Hamilton et de gagner des courses. Si ça continue à progresser chez Mercedes, ce sera peut-être lui le premier des pilotes champions du monde chez eux. Je les vois bien à Montréal également. Ils ont encore pas mal de points de retard mais c’est encore faisable. »

« Grosjean doit trouver le bon karma »

« Chez les Français, Jean-Eric Vergne a profité des incidents en fin de course. Il a été récompensé par cette belle 8e place. C’est évident qu’au fond de lui, il devait espérer mieux. Mais c’est une bonne performance pour lui, à un moment où il faut qu’il consolide sa place devant ses patrons, que ce soit Toro Rosso ou Red Bull. L’année prochaine, les deux écuries seront motorisées par Renault et équipées, en ce qui concerne de la boite de vitesses et les transmissions, de la même technologie. On aura, j’en suis certain, une Toro Rosso très performante… si Jean-Eric Vergne reste chez Toro Rosso. 

Concernant Romain Grosjean, j’ai du mal à tirer sur l’ambulance. Son problème, c’est le défaut de ses qualités. C’est le talent, l’attaque à outrance, la prise de risques maximum. Et c’est ce risque qui est lié à l’accident. Tout le monde cherche à comprendre ce qui se passe chez lui, en lui, à faire le psy... Il faut le laisser tranquille, le laisser assimiler son métier. Il faut arrêter de lui poser tout le temps les mêmes questions. Ô diable tout ça ! C’est à lui de se gérer, de se régler et de trouver le bon karma pour être à l’aise. C’est plus facile de gérer un pur-sang et d’en faire un champion que d’avoir un âne et de lui taper sur les fesses pour qu’il aille plus vite. Romain, c’est un cheval de course qui doit se dompter. La solution ne peut pas être extérieure. C’est lui qui conduit, donc c’est lui qui doit apprendre à se maîtriser. »

A lire aussi

Mercedes au cœur de la polémique

Vergne rescapé, Grosjean puni

Prost : « Nico Rosberg a franchi un cap »