RMC Sport

Renault mise sur Kubica

-

- - -

Renault tient le successeur de Fernando Alonso. Une semaine après l’annonce du départ de l’Espagnol vers Ferrari, l’écurie franco-anglaise a officialisé la signature du Polonais de chez BMW.

L’arrivée de Robert Kubica chez Renault ne faisait plus de doute depuis le dernier Grand-Prix de Singapour, fin septembre. Daniele Morrelli, l’agent du pilote polonais de 24 ans, avait alors passé tout le week-end dans le garage Renault, célébrant sans se cacher la troisième place d’Alonso.

Le retour de Kubica dans le giron du Losange est un joli pied de nez au destin. En 2003, il avait en effet été éjecté du Renault Driver Development (RDD), la pépinière de talents cofondée par Flavio Briatore. A la faveur de son titre en Formule 3 by Renault, deux ans plus tard, il avait également gagné le droit d’effectuer des tests avec Renault. Performant en piste mais barré par le trio Alonso – Fisichella - Kovalainen (managé par Briatore), il avait alors exporté son talent en friche chez BMW.

Départ chez BMW

Rapidement bombardé titulaire à la place du champion du monde 1997, Jacques Villeneuve, "Kubi" se révèle à la planète F1 en décrochant un podium à Monza après seulement quelques courses, puis en remportant le Grand-Prix du Canada 2008, pile un an après avoir frôlé la mort sur le même circuit Gilles-Villeneuve. Un succès qui provoque une énorme vague de sympathie dans le paddock, où ses qualités ne font pourtant pas l’unanimité. Enorme talent sous-côté pour les uns, il lui manque quelque chose pour viser le titre mondial pour les autres. Il avait également choqué en se désolidarisant de son écurie en fin de saison passée, lui reprochant notamment d’avoir gâché ses chances de sacre par manque de développement de la voiture, qui lui avait pourtant permis de faire étalage de son coup de volant et de décrocher la 4ème place du championnat pilotes.

Retour chez Renault

Sept ans après son éviction du RDD, Robert Kubica a donc été choisi pour piloter l'une des deux monoplaces Renault en 2010. Le natif de Cracovie présente en effet un grand avantage par rapport à d’autres anciens de la maison, Trulli ou Kovalainen, également sur le marché à l’intersaison : il n’a jamais été managé par Flavio Briatore. Un détail précieux au moment où Renault cherche à se refaire une virginité.

Le choix de Kubica, plébiscité par son grand ami Fernando Alonso avec lequel il partage régulièrement des parties de poker, marque aussi un vrai tournant stratégique. En pleine reconstruction depuis le scandale du Grand-Prix de Singapour 2008, l’écurie ne veut plus d’un tandem bancal avec des n°1 et 2 clairement définis. L’objectif est de repartir en 2010 avec deux pilotes compétitifs, capables de rentrer régulièrement dans les points. Soit l’exact opposé de cette saison, où Alonso en a inscrit 26 quand les compteurs de Piquet Jr, puis Grosjean, sont restés bloqués à zéro. Le Franco-Suisse, dont les résultats et l’attitude ne sont pas du goût de tout le monde en haut lieu, pourrait faire les frais de ce changement de cap. La piste Timo Glock (Toyota) prend ainsi de plus en plus d’épaisseur. Mais cette annonce-là est prévue pour plus tard…

G.N. (RMC Sport)