RMC Sport

Schumacher : « La pluie est la bienvenue »

Michael Schumacher

Michael Schumacher - -

Réputé pour son adresse sous la pluie, Michael Schumacher (Mercedes) partira de la troisième place dimanche sur la grille du Grand Prix de Grande-Bretagne. L’Allemand souhaite que la météo ne change pas sur le circuit de Silverstone.

Michael, quel bilan tirez-vous de votre séance de qualifications ?

Je pense que l’on peut être compétitif sous la pluie, avec des pneus intermédiaires ou même des pneus pluie. La pluie est évidemment la bienvenue dimanche. Les qualifications ont vraiment été excitantes, surtout la Q2. On a bien su gérer l’interruption et on est revenu plus fort. Je suis super heureux de cette troisième place. C’est une excellente nouvelle pour l’équipe.

Comment avez-vous géré l’interruption d’une heure et demie en raison de la pluie ?

Je pense qu'il faut avant tout applaudir les fans qui sont restés jusqu'au bout dans ces conditions, c'était vraiment spécial et il faut les féliciter. Je tiens également à remercier la FIA pour avoir pris la bonne décision en arrêtant la Q2. A ce moment-là, les pilotes qui étaient sur la piste, comme Fernando (Alonso) et moi, devaient rouler à la limite, voire même un peu au-dessus de la limite. C'est une bonne chose d’avoir pu reprendre plus tard, au seul moment où la météo le permettait.

Avez-vous été piégé par ces conditions délicates ?

Quand nous sommes rentrés à nouveau sur la piste, il n’y avait presque pas d’eau stagnante. Je me suis retrouvé avec une mauvaise visière sur mon casque, sans système antibuée. Je n'y voyais pas grand-chose et je suis parti en travers dans le virage Becketts. Ça ne m'a pas aidé. On s'est bien rattrapés par la suite, on a retrouvé le bon rythme, pour faire un meilleur travail.

Comment expliquez-vous vos différences de performance entre la séance d’essais (14e) et celle des qualifications ?

Il faut connaître la quantité de carburant dans nos voitures sur les essais. Je pense que c’est hypothétique de juger ce que vous avez vu lors des essais et ce que vous avez vu sur les qualifications.

Imaginez-vous une course perturbée par la pluie dimanche avec l’omniprésence de la voiture de sécurité ?

Dans ce cas, nous irons regarder Federer et Murray (en finale de Wimbledon, ndlr) !

Propos recueillis par Antoine Arlot