RMC Sport

Schumacher : le point sur l'enquête

-

- - -

Patrick Quincy, procureur d'Albertville, et les enquêteurs du peloton de gendarmerie de Savoie ont donné ce mercredi une conférence de presse pour préciser les circonstances de l'accident dont a été victime Michael Schumacher.

Merci de votre attention et bonne journée sur RMC Sport !

11h42 - Le procureur d'Albertville, Patrick Quincy, et les enquêteurs du peloton de gendarmerie de Savoie achèvent leur conférence de presse.

11h41 - L'un des enquêteurs de peloton de gendarmerie est interrogé sur le casque de Schumacher :

« Effecitvement, nous avons une partie du casque qui prouve qu’il n’est plus en une seule partie. »

11h40 - Une plainte a-t-elle déjà été déposée ? La réponse de Patrick Quincy, procureur d'Albertville :

« Je ne peux pas répondre à la question des assurances. Je peux simplement dire que je ne suis saisi d’aucune plainte. »

11h39 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, questionné sur les raisons qui ont poussé Schumacher à sortir de la piste :

« Je n’ai pas d’éléments sur une autre personne. Je suis amené à penser qu’il est allé délibérément dans cette zone. Il y a une enquête qui est menée. Nous n’avons pas terminé l’enquête et nous n’avons pas cet élément en procédure. C’est comme l’autre film dont parle le Spiegel. S’il y a d’autres éléments, je vous invite à nous les faire connaitre. On veut le plus d’éléments possibles dans l’enquête pour y répondre le mieux possible. »

11h37 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, à nouveau interrogé sur de possibles suites au pénal :

« S’il y a des poursuites, c’est sur la base d’une faute d’imprudence de ne pas avoir observé le règlement en matière de balisage. Ça pourrait être reproché à la station, mais nous n’en sommes pas là. On parle de piste, de hors-piste, de piste de fait, de balisage… Ce n’est qu’à la fin de l’enquête, une fois qu’on a tous les éléments qu’on se pose la question. Pour l’instant, je n’en suis qu’au recueil des informations. Je ne veux pas fixer de délais. Ça sera un délai nécessaire et suffisant. Ça sera plusieurs semaines. »

11h36 - Stéphane Bozon (commandant du peloton de gendarmerie haute montage de Savoie) questionné sur la vitesse de Schumacher :

« On ne sait pas si c’est une vitesse excessive ou si c’est une vitesse induite par la pente. »

L'un des enquêteurs poursuit : « La vidéo montre une allure tout à fait normale sur ce type de terrain pour un skieur confirmé. »

11h34 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, à nouveau interrogé sur le rendu du film :

« Il n’y a que deux minutes de film et nous ne voyons pas M. Schumacher secourir qui que ce soit. Mais peut être que le film ne retranscrit pas la descente complète. Mais on ne voit personne avoir un accident dans le champ de vision de la caméra de Schumacher. La Go Pro fournit des images et du son. Celui d’une personne sur une neige poudreuse. Il est difficile d’en tirer des conclusions. Si les experts y arrivent, on s’en servira »

11h32 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur des accidents qui auraient eu lieu au même endroit :

« Je n’en ai pas de souvenir précis. On a environ 50 accidents graves par année. Nous avons l’habitude de procéder à ce genre d’enquête. Il y a 47 stations dans le ressort d’Albertville, environ 60% des Alpes. Nous avons une activité intense sur le plan sportif et donc sur les enquête à mener. »

11h31 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur une possible responsabilité du matériel :

« Dès lors que l’on procède à une enquête, c’est qu’il peut y avoir des responsabilités. Mais il est encore trop tôt pour y répondre. »

11h30 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur la possibilité que l'affaire soit portée au pénal :

« A ce stade de l’enquête, il ne m’est pas possible de répondre. »

11h29 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur l'assistance présumée que Schumacher aurait apportée à l'un des enfants de ses amis :

« Dans la vidéo, on ne voit pas ça. Elle ne dure que deux minutes. On ne voit que sa trace. Le champ de vision est limité. »

11h27 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, à nouveau interrogé sur la vitesse de Schumacher :

« Nous avons ce film. Nous allons l’étudier avec les personnes les mieux qualifiées et si nécessaire nous préciserons quelle était cette vitesse. Mais j’ajoute que cette vitesse n’est pas nécessairement importante pour nous et pour les conclusions que nous porterons à l’enquête. »

11h25 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur une possible imprudence de Schumacher :

« A l’état de l’enquête, je n’envisage pas répondre à cette question. »

11h24 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur le matériel de Schumacher :

« Le matériel nous a été remis. Il a été saisi et confié à un service qui procède à l’expertise. Nous aurons la connaissance des résultats d’ici quelques jours. »

Stéphane Bozon (commandant du peloton de gendarmerie haute montage de Savoie)

 « Les skis sont en parfait état, quasiment neufs. Ils ne sont pas la cause de l’accident. En revanche, nous avons relevé des traces qui corroborent le fait d’avoir gratté une surface rocheuse. »

11h21 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur le balisage de la piste :

« Il existe des normes françaises fixant les règles applicables. Les constatations faites démontrent que les normes sont respectées. »

Stéphane Bozon (commandant du peloton de gendarmerie haute montage de Savoie)

« Le balisage est conforme aux règles en vigueur. Le bord gauche est délimité par des jalons à distance régulière. M. Schumacher évoluait à l’extérieur de ces jalons dans un domaine qui n’était plus balisé. »

11h18 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur la vitesse supposée de Schumacher :

« J’ai vu ce film. Les enquêteurs le connaissent bien. Ils l’examinent. Il est difficile pour moi d’évalurer cette vitesse. »

Stéphane Bozon (commandant du peloton de gendarmerie haute montage de Savoie)

« M. Schumacher était à l’évidence un très bon skieur. Il évoluait sur un terrain peu pentu avec une vitesse induite par cette pente, sans forcément chercher à la réduire, gardant une trace parallèle à la distance qu’il prenait. On ne peut pas donner une vitesse, mais on peut dire qu’il avait la vitesse d’un bon skieur. »

11h 14 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur le film obtenu grâce à la caméra de Schumacher :

« Le film est parfaitement lisible et nous apporte des éléments. Il confirme ce que nous savions déjà. Nous profiterons de ce film pour constituer une remise en situation. Nous saurons précisément quel a été l’itinéraire pris par Monsieur Schumacher. Nous en sommes là aujourd’hui. Ce film sera ensuite rendu compte dans un PV. »

11h11 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville, sur le déroulement des faits :

« Le 29 décembre, Monsieur Schumacher descend cette piste jusqu’à une intersection de deux pistes. Il suit la piste rouge en bordure, franchit les jalons et se trouve hors-piste. Il pratique une « godille large ». Il évolue entre 3 et 6 m du bord de la piste jalonnée. A un moment, ses skis affleurent un rocher, il perd l’équilibre et heurte un rocher 3,5 m plus bas. Les rochers qui affleurent sont à huit m de la piste. Il est inanimé et son positionnement est à neuf m de la piste. »

11h06 - Patrick Quincy, procureur d'Albertville :

« Nous faisons les mêmes investigations que lors d’incidents graves. Nous avons des services d'enquêteurs très spécialisés. Chaque saison, nous diligentons une cinquantaine de procédures de cette nature avec les mêmes moyens, les mêmes exigences, les mêmes rigueurs dans les analyses. »

Patrick Quincy, procureur d'Albertville : 

« L’enquête est bien avancée. Nous avons procédé à de nombreuses auditions. Nous avons fait des constations sur les lieux, des mises en situation. Nous avons fait des expertises avec le ski et les casques. Nous avons visionné la caméra placée sur le casque de M. Schumacher.

Il reste des transcriptions à effectuer image par image afin de déterminer le lieu de la chute, la vitesse de Monsieur Schumacher. J’ai entendu évoquer un film fait par un autre skieur. Je n’ai pas plus d'éléments. A ce jour, nous n’avons reçu aucun message. Je restre reservé, voire dubitatif sur le sujet. »

11h : les enquêteurs et le procureur d'Albertville débutent leur conférence de presse

10h45 : le point sur l'enquête

Les enquêteurs et le parquet d'Albertville tiennent une conférence de presse ce mercredi à 11h au sujet de la chute de Michael Schumacher le 29 décembre à Albertville. A suivre en direct sur RMC Sport.

La rédaction