RMC Sport

Selon Ecclestone, les femmes "ne sont pas assez fortes physiquement" pour la F1

-

- - AFP

Invité au congrès de la publicité et de la communication de Londres, le AW Europe, Bernie Ecclestone, le patron de la F1, a fait polémique en prétextant que les femmes n’étaient "pas assez fortes" pour courir dans la catégorie reine. Avant de déclarer sa flamme à Donald Trump.

A 85 ans, l’éternel Bernie Ecclestone a toujours le goût de créer des polémiques. Présent au « AW Europe », le congrès de la publicité et de la communication de Londres, le grand argentier et patron de la Formule 1 s’est encore distingué par quelques saillies dont il a le secret. Interrogé notamment par Martin Sorrell, le PDG de WPP, une société côté en bourse dans la capitale anglaise, l’ancien pilote de Formule 3 a d’abord parlé de politique européenne, en se déclarant « totalement favorable au Brexit », à savoir la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

"Trump président ? Ce serait fantastique !"

Le milliardaire britannique, qui a fait fortune dans l’immobilier, a également exprimé son désir de voir « Vladimir Poutine diriger l’Europe ». Avant de déclarer sa flamme au candidat très controversé à l’investiture républicaine aux Etats-Unis, Donald Trump, qui brigue la Maison Blanche, au rythme de déclarations fleuries sur les immigrés, l’Islam et les femmes. Il n’en fallait pas autant pour convertir Bernie Ecclestone, qui considère que « ce serait fantastique » de voir Trump à la tête de la première puissance économique mondiale.

"Les femmes pas assez fortes pour la F1" 

En s’inspirant du discours sexiste de son homologue milliardaire américain, le patron de la F1 s’est ensuite fendu d’une sortie que les pilotes féminines apprécieront : « Les femmes ne sont pas assez fortes physiquement pour courir en Formule 1. Elles ne peuvent pas être prises au sérieux ! ». Le dirigeant britannique a tout de même tenté de se rattraper ensuite en nuançant son propos, vis-à-vis des postes de direction amenés à être confiés à des femmes dans le futur : « Elles sont plus compétentes et elles n’ont pas de gros égos » a-t-il conclu. De l’égo, Bernie Ecclestone n’en manque décidément pas.

DC