RMC Sport

Un nouveau départ pour Grosjean

-

- - -

Après son superbe podium à Bahreïn, il y a trois semaines, Romain Grosjean aborde avec sérénité le Grand Prix d’Espagne, dont les essais libres débutent ce vendredi. Débarrassé de ses principaux doutes, le pilote Lotus entend confirmer sur le bitume catalan.

Il est arrivé avec le sourire à Barcelone, accueilli par un soleil printanier. A l’heure d’aborder le cinquième Grand Prix de la saison, Romain Grosjean affiche sa décontraction dans le paddock catalan. Débarrassé de ses plus gros doutes, le pilote Lotus avance avec un poids en moins sur les épaules. Un poids dont il s’est délesté il y a trois semaines à Bahreïn. Parti 11e sur la grille - en raison d’une mauvaise stratégie lors des qualifications, le Français s’est offert une magnifique 3e place sur le bitume de Sakhir. Un podium, le quatrième de sa carrière, en forme de délivrance pour le natif de Genève.

Après trois courses passées dans l’ombre de Kimi Raïkkonen, son coéquipier, Grosjean (10e en Australie, 6e en Malaisie et 9e en Chine) a résolu ses problèmes de pilotage et ses soucis mécaniques. « Ce n’est pas le fait d’avoir fait un podium qui l’a rassuré mais le fait d’avoir réussi à trouver ce qui ne fonctionnait pas, glisse Eric Boullier, le directeur de Lotus. A partir du moment où il a pu avoir la voiture qu’il voulait et qu’il pouvait l’exploiter correctement, on a vu la différence. On va dire que Bahreïn, c’est le vrai début de sa saison. Je pense qu’il a résolu quand même pas mal de problèmes, pour ne pas dire tous les problèmes de l’année dernière. Il a bien travaillé sur ce sujet. Je pense qu’il sera là maintenant très régulièrement. »

Grosjean : « J’ai retrouvé les sensations que j’aime avoir »

Une confiance qui transpire également chez Grosjean depuis son coup d’éclat en Asie Occidentale. Après une fin d’année 2012 très délicate – marquée par de nombreuses bourdes à répétition, qui a poussé ses dirigeants à s’interroger sur son avenir au sein de l’écurie, le pilote de 27 ans a retrouvé de la sérénité. « On va continuer sur la même philosophie en tentant de finir les courses et de faire du mieux qu’on peut, explique-t-il. J’ai retrouvé dans la voiture les sensations que j’aime avoir et j’ai pu me faire plaisir. Ça m’aide à aller chercher des résultats bien meilleurs. On va continuer à s’amuser, à comprendre la voiture et à en faire ce que l’on en a envie ».

Et pourquoi pas en accrochant un nouveau podium en Espagne ? « On devrait être assez performant ce week-end », sourit Boullier. « On sait que les cartes sont redistribuées à chaque fois, nuance Grosjean. Il ne faut pas arriver en se disant que ça va être magnifique, que l’on va faire le meilleur temps en course et gagner. Il faut être prêt à tout. On va travailler et essayer de faire du mieux qu’on peut. Dimanche soir, on verra où on est. » En espérant repartir avec le même sourire.

A lire aussi :

>> Grosjean : « Je peux gagner »

>> Grosjean : « C’est la voiture que j’aime »

>> Bahreïn - Boullier : « Le vrai début de saison pour Grosjean »