RMC Sport

Vasselon : « Une pression positive »

-

- - -

Sur ses terres pour le Grand Prix du Japon, Toyota espère jouer la gagne avec Jarno Trulli, ce dimanche. Pascal Vasselon, responsable technique de la firme, fait le point avant Suzuka, mais évoque également l’avenir de son team.

Pascal Vasselon, comment va Timo Glock ?
Les dernières nouvelles sont bonnes et mauvaises à la fois. Bonnes parce que sa blessure n’est pas sérieuse : une coupure longue à la jambe gauche, mais une coupure profonde. Il n’y a aucun souci sur le moyen terme. La mauvaise nouvelle est qu’il ne pourra vraisemblablement pas rouler demain. C’est une précaution naturelle dans un cas pareil. Nous sommes en train de voir les options pour voir si nous pourrons aligner une deuxième voiture et notamment avec Kamui Kobayashi.

Ressent-on une pression particulière quand on roule sur ses terres ?
Oui, il y a une pression supplémentaire. Mais c’est une pression positive. On a envie de faire plaisir aux gens de Toyota. On essaye de faire un peu mieux que d’habitude, mais ça reste un week-end très agréable.

Toyota a-t-il fait de cette course une condition pour son implication future en F1 ?
Ça ne serait pas très sérieux de faire dépendre l’implication en F1 d’une victoire. La victoire est toujours importante. Mais ce n’est pas ce qui conditionne le futur du team.

« On a manqué de constance »

Trulli partira deuxième derrière Vettel. La première victoire de Toyota est-elle à portée de main ?
Quand on part de la première ligne, la victoire est possible. On est en position logique de gagner. Après, tout peut arriver. Il faut notamment que la course se déroule sans encombre. Dès ce matin (ndlr : samedi matin), on a vu que la journée se présentait bien. On est déçu de ne pas avoir la pole, pas forcément pour ce que cela représente, mais pour le départ. On veut gagner cette course et il faut que le départ se passe bien. Et ici, le côté est important. Nous sommes du côté le plus sale, malheureusement.

Toyota a décidé de laisser sur le matché Glock et Trulli. Pourquoi ?
Ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas en discussion. On a voulu avoir une situation ouverte pour saisir les opportunités que représente le marché des pilotes. On doit à tout moment faire du mieux possible pour le team et on pense avoir un peu de temps.

Quel est votre argument pour attirer de nouvelles têtes ?
On a montré que notre voiture pouvait être rapide sur tout type de circuit. Maintenant, on a manqué de constance. Il nous est arrivé d’être en première ligne et de ne pas finir la course. De mal nous qualifier et d’être les plus rapides en course. Mais, tout le temps, la voiture a montré qu’elle pouvait être dans le Top 3 ou 4.

Guillaume Navarro à Suzuka