RMC Sport

Vettel : « Räikkönen ? Pas peur de lui »

Sebastian Vettel

Sebastian Vettel - -

Il y a dix jours en Espagne, Sebastian Vettel n’était pas parvenu à se hisser sur le podium. Ce week-end, le triple champion du monde compte bien se rattraper lors du GP de Monaco. Et oublier cette 4e place à laquelle il n’est pas habitué.

La déception du GP d’Espagne

« On a eu un gros week-end. On s’est bien qualifié mais dans la course, la dégradation des pneus a été un gros facteur, on a souffert plus que les autres. Au final, on a fini 4e, ce qui est une bonne position, mais on voulait faire plus. Ca aurait été bien de finir sur le podium. Ça n’a pas marché cette fois, mais on aura une nouvelle chance à Monaco. »

Bien défendre à Monaco

« Nous avons une voiture compétitive. Nous travaillons pour qu’elle soit aussi bonne que ces dernières années. On verra ce que ça va donner là-bas. Les qualifications seront importantes. Maintenant, peu importe qui est devant, si vous défendez bien, ce sera difficile pour les personnes derrière vous de vous dépasser. »

La menace Räikkönen

« Je n’ai pas peur de lui ! Je le connais plutôt bien, je le respecte beaucoup sur et en dehors de la piste. On s’entend très bien, il a toujours été très simple, ce que j’apprécie beaucoup. Je ne regarde pas les points, trop de choses peuvent se passer. Normalement, pendant l’été, je regarde un peu où nous en sommes… Si les gens ne me le disaient pas, je ne le saurais pas ! C’est bon de savoir qu’on réussit, qu’on est devant. C’est une bonne nouvelle. »

Ses chances d’être champion du monde

« Je pense qu’on peut être heureux de notre championnat. Le début de championnat se passe bien, mais il reste du travail. Mais c’était important de bien commencer ces premières courses de la saison. Nous sommes capables de gagner des courses. Nous pouvons être heureux, mais nous devons savoir que nous avons encore beaucoup de choses à apprendre et à comprendre pour gagner le titre cette saison. »

Son futur bolide

« L’année prochaine, je conduirai un engin flambant neuf, avec un moteur V6 et un gros turbocompresseur. Ça va être un système de course complètement différent. Ça va être un gros challenge pour l’entreprise. Pour Renault et pour l’équipe, ce sera un gros travail mais ça va aussi être très intéressant, parce qu’on pourra développer et, avec un peu de chance, faire la différence. »

A lire aussi :

>> GP d'Espagne : revivez la course

>> Toute l'actu du GP de Monaco

>> Toute l'actu Formule 1

Propos recueillis par Pierrick Taisne