RMC Sport

Webber joue avec la pluie

Cinquième pole position de l'année pour Mark Webber

Cinquième pole position de l'année pour Mark Webber - -

C’est dans un magma météo invraisemblable à Spa-Francorchamps que Mark Webber (Red Bull) a signé sa cinquième pole position de la saison. Le leader du championnat devance Lewis Hamilton (Mclaren) et le surprenant Robert Kubica (Renault). Fernando Alonso a failli couler (10e). La course de dimanche s’annonce particulièrement mouvementée en raison de la pluie.

Webber sans faire de bruit
Mark Webber est plein de bon goût. Le bon goût de signer rapidement son chrono de référence dès son premier tour sur piste sèche en Q3. Ce bon goût qui se transforme aussitôt en intelligence quand, quelques tours plus tard, la pluie tombe de nouveau et noie les autres pilotes. Le leader du championnat a signé là sa cinquième pole de l’année alors que les Mclaren semblaient supérieures : « C’est une pole de la gestion de course et du talent plus que de la voiture », a relevé Fabrice Lom, ingénieur moteur chez Red Bull. « Je savais ce que j'avais à faire et, globalement, ce n'était pas si difficile que ça. C'est le genre de séance où on peut facilement se rater », a avoué Webber. S’il l’emporte ce dimanche, il sera plus que jamais favori au titre.

Alonso n’en fait pas un drame
« Ca s’est bien passé pour tout le monde… sauf pour Fernando ». A sept courses de la fin du championnat, Mark Webber a bien noté que la dixième place sur la grille à Spa de Fernando Alonso est un camouflet pour l’Espagnol qui avait pourtant dominé les essais libres vendredi. D’autant qu’il pointe à vingt points au classement. Une contre-performance dans les Ardennes et il sera presque obligé de tirer une croix sur le titre mondial. Pourtant, Alonso ne s’affole pas : « Je ne peux pas être content de ce résultat mais c’est une piste où la position sur la grille est moins critique qu’ailleurs. Ici, la bonne décision au bon moment peut vous faire gagner une minute.» Dans la nuit qui précède la course, il aura peut être rêvé d’une remontée folle à la Schumacher en 1995. Parti 16e, l’Allemand s’était imposé sur sa Benetton.

Kubica comme avant
Depuis le retour sur les terres européennes, Robert Kubica n’a inscrit que 16 points en 4 courses avec deux abandons. Le Polonais a perdu sa régularité du début de saison. A Spa, il s’est rappelé au bon souvenir de la concurrence dans un magnifique numéro d’équilibriste. Kubica a posé sa Renault en troisième position sur la grille à moins de quatre dixièmes de Webber : « On a été compétitifs dans toutes les conditions de piste. Tout peut arriver avec cette météo. Red Bull est favori, Mclaren est très rapide et il y a nous », dit sobrement le Polonais qui vise un top 5 pour la première fois depuis le Grand Prix d’Europe.

La météo de Spa
Sec, pluie, piste séchante puis re-pluie. Les pilotes ont essayé avec difficulté de laisser leurs leçons de patinage artistique au garage pendant que des seaux d’eau leur tombaient sur le casque. Vitaly Petrov (Renault) n’a eu le temps que d’avaler quelques mètres en Q1 avant de se retrouver au chaud contre un muret. Et dimanche ce sera pareil. Il y a 95% de chances que la pluie tombe. Moins rapides en vitesse de pointe que les Mclaren, les Red Bull pourraient tirer avantage de cette pluie qui nivèle les performances. Et quand on parle de pluie, Sebastian Vettel est le meilleur. Quatrième, on verra s’il mérite son surnom de « Dieu de la pluie ».

M.M. avec Antoine Arlot à Spa-Francorchamps