RMC Sport

A Nice, des élus écolos s’opposent aux subventions pour les sportifs qui gagnent plus de 100.000 euros par an

Les conseillers municipaux EELV à la mairie de Nice expriment leur désaccord sur le versement de subventions destinées à deux sportifs niçois, la joueuse de tennis Alizé Cornet et le pilote de MotoGP, Fabio Quartararo.

Le sport est à l'ordre du jour ce jeudi au conseil municipal de Nice. Les débats pourraient même être assez agités. Comme l’annonce Nice-Matin dans son édition du jour, le versement des subventions ou des aides directes à des organismes sportifs ainsi qu’à 28 sportifs cristallise quelques tensions du côté des élus écologistes.

Si les conseillers EELV sont favorables à ce principe, ils s’opposent en revanche au versement d’aides aux athlètes qui gagnent très bien leur vie. "Nous estimons que lorsque certains d’entre eux gagnent plus que quelques centaines de milliers d’euros par an, voire plusieurs millions, il est indécent de solliciter une aide financière de la mairie de Nice, juge Juliette Chesnel Le Roux, conseillère municipale EELV dans les colonnes du quotidien régional. Nous sommes en temps de crise. La plupart des associations sportives, culturelles et même nos commerçants sont en grande souffrance. Il est indécent de donner 25.000 euros, 30.000 euros à des millionnaires."

Ils proposent de refuser ces aides pour les sportifs dont les revenus dépassent 100.000 euros bruts par an

Pour Nice-Matin, les deux sportifs dans le viseur des Verts sont la joueuse de tennis Alizé Cornet, actuellement 61eme mondiale au classement WTA et le pilote de MotoGP Fabio Quartararo, 8eme du dernier championnat du monde (la saison 2021 débute dimanche au Qatar). Les élus écologistes déposeront un amendement à cette délibération. Ils proposent de conditionner ces aides aux revenus des sportifs. "Elles ne pourront pas être attribuées à des sportifs dont les revenus dépassent 100.000 euros bruts par an", peut-on lire

Pour la mairie de Nice, il n’est pas question de remettre en cause l’ensemble de ces aides. Ces sportifs "contribuent au rayonnement de la ville par leurs performances", arguent-on avant de riposter: "Certains nous reprochent de les aider alors qu’ils feraient mieux de les encourager, comme nous, à monter sur les podiums. Nice est avec eux !"

ABr