RMC Sport

Simoncelli, imperméable à la pression

Marco Simoncelli sait se transcender sous la pression.

Marco Simoncelli sait se transcender sous la pression. - -

Malmené par le public catalan, le pilote italien s’est joué de la pression pour s’offrir samedi sa première pole en MotoGP lors des qualifications du GP de Catalogne. Avec Casey Stoner et Jorge Lorenzo en embuscade, la course s’annonce bouillante sur le circuit de Barcelone, dimanche.

Il faut de sacrés nerfs, tout de même. Une bonne dose de folie, aussi, pour surfer sur la vague de haine d’un public acquis à votre perte. On récapitule. Marco Simoncelli s’est pris le bec avec Jorge Lorenzo au Portugal. Il a envoyé Dani Pedrosa au tapis en France, privant l’enfant du pays de son GP de Catalogne. De quoi se faire accueillir dans une vendetta en forme de furia ce week-end à Barcelone : huées, insultes et même menaces de mort sur des panneaux (« Simoncelli wanted, dead or alive ! »).

Sa réponse ? La pole, sa première en MotoGP, au nez et à la barbe d'un Casey Stoner en grande forme. Une performance accueillie par… une bordée de sifflets. « C’est normal, c’est le sport », relativise Simoncelli. Qui semble tout de même transcendé par la posture du défi, comme il l’a confié à la Gazzetta dello Sport : « Les sifflets ? Je me sens comme Ibrahimovic (footballeur du Milan AC, ndlr) quand il affronte l’Inter. » Un caractère bien trempé, réputé pour ses passes d’armes viriles sur la piste, qui accompagne une montée en puissance sportive.

« Je peux me battre avec les top pilotes »

Huitième du championnat pour sa première saison, en 2010, le champion du monde 2008 de la catégorie 250cc a passé un cap cette année au guidon de l’officieuse quatrième Honda d’usine, confiée à ce Team Gresini dans lequel il se sent « si bien ». « J'ai compris que je peux me battre avec les top pilotes, lâche l’intéressé. Je veux continuer dans cette direction. » Et Jorge Lorenzo, champion en titre, de confirmer : « Sa pole ne me surprend pas, il a un réel talent ».

S’il calme son côté fou-fou, Simoncelli pourrait même finir par menacer la Honda officielle de Stoner voire même la Yamaha de Lorenzo. L’Australien, deuxième sur la grille, tentera de priver Simoncelli de sa première victoire (et même de son premier podium) en MotoGP ce dimanche. Troisième sur la ligne de départ, l’Espagnol cherchera à rester leader du championnat face à l’opposition Honda, dont la moto paraît la plus rapide du plateau. Avec six courses en huit semaines, la saison 2011 entame une période décisive. Les fauves vont se lâcher.

A. H. (avec Rodolphe Coiscaud, à Barcelone)