RMC Sport

Simoncelli sort de l’œil du cyclone

Marco Simoncelli, le calme après la tempête

Marco Simoncelli, le calme après la tempête - -

Sanctionné lors du Grand Prix de France suite à son accrochage avec Dani Pedrosa il y a trois semaines, l’Italien a essuyé depuis menaces de mort et critiques du paddock. Jusqu’à son audition en début de week-end par la direction de course.

« Si je suis escorté ce week-end, ce n’est pas que je suis devenu une personne très importante, mais simplement qu’il existe des craintes sur ma sécurité, a déclaré Marco Simoncelli auprès de ses compatriotes journalistes. Tout cela va bien au-delà des limites du sport. » Les ennuis n’ont pas lâché les semelles du n°58 du MotoGP depuis ce qui est considéré par la plupart des pilotes comme un incident de course. Plus rapide que Pedrosa dans les tours qui ont précédé l’accrochage il y a trois semaines au Mans, le pilote Honda a reconnu son erreur devant les officiels en admettant qu’il n’avait pas laissé assez d’espace lors de son entrée en virage. Plus tôt dans la semaine, Simoncelli avait publiquement reconnu s’être trompé.
Dani Pedrosa, absent ce week-end parce qu’insuffisamment remis de sa blessure (clavicule), a peut-être été trop ambitieux face à celui qui vise toujours son premier podium. Proche de l’exploit sur la piste piégeuse de Jerez en avril où il chuta, alors qu’il était en tête, l’Italien ronge son frein pour accrocher un premier succès. À l’aise sur la piste catalane qu’il affectionne et second chrono du jour derrière Casey Stoner, Simoncelli aura l’occasion de démontrer tout son talent et son pilotage généreux lors des qualifications, puis en course dimanche.

Rodolphe Coiscaud à Barcelone